lundi, juin 24 2024

Faire du Tchad un État fédéral, c’est ce à quoi convient quelques 300 intellectuels tchadiens. Ils espèrent ainsi apporter leur pièce à l’édifice de la reconstruction du Tchad. Pour accoucher leur proposition, ces cadres et membres de la société civile, se sont se sont réunis pendant trois jours à la fin de la semaine dernière à Ndjamena. C’était lors d’une Conférence internationale sur la forme de l’État.

Les militaires au pouvoir vont-ils être en phase avec ce projet d’Etat fédéral ? Quelles pourraient être les conséquences de ce remodelage ? Pour l’instant difficile de se prononcer avec certitude. Toutefois, le grand dialogue national inclusif, à venir s’annonce comme le cadre idéal de discussions et de décision de la nouvelle ligne qu’auront choisi les tchadiens.

L’état fédéral, une solution aux échecs dans tous les domaines

Selon, Baniara Yoyana, président de cette Conférence, la proposition des intellectuels tchadiens de faire du Tchad un État fédéral découle de plusieurs raisons. Depuis l’indépendance du Tchad, les différentes formes de gestion de l’État utilisées se sont soldées par des échecs. Alors, il est recommandé de mettre en application un nouveau système.

Concrètement, la décentralisation excessive n’a pas laissé beaucoup de liberté aux provinces. Le plus souvent, les populations à la base ne sont pas associées à la gestion de la chose publique. Les ressources sont également mal réparties, ce qui entraine un sérieux déséquilibre.

« Sur tous les plans, que ce soit économique, que ce soit social, rien n’a marché correctement. Il n’y a pas de justice, il n’y a pas de respect des biens publics… Il y a des citoyens qui se croient au-dessus des autres et qui commettent des actes qui ne sont pas réprimés, donc on est dans un pays où la sanction n’existe pas », a affirmé Baniara Yoyana.

Des risques de partition du pays

L’aventure nouvelle d’Etat fédéral au Tchad, suggère qu’un pouvoir central s’occupe du fédéral et les États fédérés s’occupent du social. Cela suppose que l’État fédéral s’occupera de l’économie, de la défense et de la diplomatie, tandis que les États fédérés s’occuperont du développement local.

Face à cette proposition, certains éprouvent des inquiétudes. Ils craignent un éclatement de l’état tchadien, surtout une partition du pays. Sur ce point, Baniara Yoyana se veut très rassurant. Il estime que c’est seulement la minorité qui s’accapare les richesses du pays qui craint de perdre ses avantages.

« Dans la mesure où une majorité veut la fédération, il n’y aura pas de partition », a précisé Baniara Yoyana. Et d’enchainer, « cette expérience, nous pensons qu’elle va nous permettre de vivre ensemble, sans se déchirer tous les jours comme on vit ça ».

Lire aussi: TCHAD: DÉBUT DE MANDAT DU CNT, L’OPPOSITION S’INSURGE

 

Sandrine A

Previous

Dégradation sécuritaire au Burkina Faso : le président Roch Kaboré réagit fermement

Next

Lutte contre le terrorisme: l’armée burkinabé en mauvaise posture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l'impact des baisses tarifaires

Contrôle des prix au Sénégal : Une mesure cruciale pour assurer l’impact des baisses tarifaires

Investigateur Africain

Le Sénégal a récemment annoncé des mesures visant à réduire les prix des produits de consommation courante tels que le riz, l’huile et le pain, en réponse aux préoccupations croissantes concernant le coût de la vie. Cette décision, prise le 13 juin 2024, intervient dans un contexte où de nombreux ménages sénégalais ressentent une pression […]

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Enlèvement au Niger : Le FPJ exige la libération de Bazoum en échange du Préfet de Bilma

Investigateur Africain

Alors que la junte nigérienne avait confirmé l’enlèvement vendredi 21 juin du préfet de Bilma et de sa délégation, cette même attaque a été revendiquée samedi 22 juin par le Front patriotique pour la justice (FPJ). Ce groupe politico-militaire, dont c’est la première action connue, diffère du Front patriotique pour la libération (FPL), qui a […]

Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Insécurité à Bangui : Les habitants terrifiés par les vols et assassinats

Investigateur Africain

En Centrafrique, la capitale Bangui est en proie à une vague de vols à main armée et d’assassinats, plongeant ses habitants dans l’anxiété et l’inquiétude. Les quartiers sud et est de la ville sont particulièrement touchés, avec des incidents violents devenus monnaie courante. Les habitants appellent les autorités à renforcer la sécurité pour endiguer cette […]