vendredi, mars 1 2024

Au Sénégal, une crise politique sans précédent secoue le pays, plongeant le secteur touristique dans une profonde incertitude. Alors que les manifestations et les tensions politiques s’intensifient, les conséquences néfastes se font ressentir de manière significative dans l’industrie du voyage et du tourisme.

Les magnifiques plages immaculées, les sites historiques riches en culture et les réserves naturelles spectaculaires qui ont longtemps attiré les voyageurs du monde entier se retrouvent aujourd’hui à l’épreuve d’une période sombre et tumultueuse. Face à cette crise, les acteurs du secteur touristique s’efforcent de trouver des solutions et de rétablir la confiance afin de préserver l’avenir de cette industrie cruciale pour l’économie sénégalaise.

Une crise politique inutile

Pour plusieurs opérateurs économiques, la nouvelle crise politique en cours au Sénégal n’a pas sa raison d’être. Pire encore elle survient en cette période de l’année assez profitable pour le tourisme. Et les conséquences de cette crise politique sur les activités du pays, surtout celles touristiques est d’autant plus visibles. Alors l’inquiétude grandit chez bon nombre d’acteurs du secteur du tourisme.

« Pour l’auberge, nous avons beaucoup d’annulations. C’est 50, 60 % en moins. Et on n’a rien comme réservation. D’habitude à cette période de l’année, les réservations foisonnent. Pour juillet et août en principe oui, on est presque complet. Et là on n’a rien. Après le Covid-19, après tout ça, on n’avait pas besoin de ça », déplore Laurent Pichon propriétaire de l’Auberge Le Baobab à Saly, cité balnéaire de la petite côte, à 85 kilomètres au sud de Dakar.

Lire Aussi : TENSIONS AU SÉNÉGAL : QUAND LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ET LA CEDEAO RESTENT PASSIVES

Encore de grosses incertitudes pour le secteur

En attendant le dénouement véritable de cette crise politique, les citoyens sont en attente du discours à venir du président Macky Sall qui a promis s’adresser à ses concitoyens. Mais malgré cela, les acteurs économiques sont craintifs et se préparent à ne pas connaitre l’affluence habituelle durant ces vacances s’il n’y a pas d’amélioration louable.

« On ne peut pas dire qu’on est optimiste, parce qu’avec la situation du pays, on ne peut pas savoir. Si les jeunes politiques arrivent à apaiser la tension, peut-être que tout se relancera, mais si les touristes viennent moins nombreux cet été, cela aura un impact dans tous les ménages », a déclaré Djibril Cissé, un vendeur.

Le même sentiment est partagé par Massamba Gnieng, propriétaire restaurant La cigale et la fourmi. « Avec les événements, il y a pas mal de gens qui ont annulé leur vol. Heureusement que les Allemands sont passés pendant la basse saison, mais sinon en pleine saison, ça allait tout gâcher. Quand il n’y a pas la paix, on ne peut pas travailler et c’est toujours comme ça », a-t-il expliqué.

 

Tony A.

Previous

ONU : vers un retrait définitif de la Minusma du Mali ?

Next

Référendum constitutionnel en Centrafrique: Un expert de l'ONU avertit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]