mercredi, juin 12 2024

À Madagascar, la crise migratoire des populations prend de l’ampleur. Le naufrage mortel d’une embarcation clandestine ces dernières semaines confirme cet état de fait et laisse place à de nombreuses interrogations pour les autorités malgaches. Comment donc solutionner ce problème récurrent ? Les autorités ont choisi d’améliorer la situation grace à de nouvelles stratégies.

Rappelons-le, dans la nuit du 11 au 12 mars 2023, une embarcation clandestine qui tentait de rallier Mayotte a fait naufrage. Le drame a eu lieu au nord-ouest de l’île, au large du hameau d’Ankazomborona et a fait 34 morts dont un enfant et 2 disparus, d’après le dernier bilan communiqué par les autorités le 13 mars. L’embarcation, clandestine, avait à son bord 47 passagers.

Une crise migratoire due à des causes profondes

Selon Roger Charles Evina, représentant de l’Organisation internationale des migrations (OIM), la crise migratoire actuelle à Madagascar tient de plusieurs facteurs plus qu’on ne pourrait l’imaginer. Il s’agit entre autres de la pauvreté, de la quête du bonheur et surtout de la recherche d’un mieux-être par rapport à leur pays d’origine.

Et aujourd’hui, Mayotte semble être la nouvelle destination prisée de la crise migratoire pour plusieurs malgaches. Les raisons purement économiques fondent aussi le départ clandestin des populations vers cette localité. « Cet énième naufrage met au grand jour la crise migratoire que Madagascar traverse actuellement », a expliqué Roger Charles Evina.

Lire Aussi :   JUSTICE À MADAGASCAR : LA NOUVELLE GARDE DES SCEAUX ACCUSÉE D‘INGÉRENCE

Un renforcement de la sécurité côtière

Il estime donc qu’il serait profitable pour le pays de « proposer des activités génératrices de revenus aux potentiels migrants, afin de les stabiliser dans les communautés d’origine parce qu’on sait, pour la plupart, que les personnes migrent pour des raisons économiques ». Des programmes du genre sont dejà en cours sur la grande ile.

Du coté des autorités malgaches les pistes de solutions portent plus sur un renforcement de la sécurité côtière. Celle-ci sera accrue dans deux zones géographiques, notamment entre Vohemar et Toamasina ; entre Diego et Majunga. « Ces zones-là sont à haut risque pour les trafics de drogue et le trafic clandestin », a fait savoir Jean-Edmond Randrianantenaina

Tout compte fait d’ici un an, grâce au Port Security Program 150douaniers et agents de police malgaches seront formés par Interpol sur le renseignement terrestre et la maitrise des échanges des informations. Ce qui seront dune grande aide dans cette lutte contre la crise migratoire à Madagascar.

 

El Professor

Previous

Grève en Centrafrique : les enseignants reprennent ce lundi 20 mars

Next

Coton en Afrique de l’Ouest : les acteurs de la filière se regroupent sous ORIC-UEMOA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]