samedi, mars 2 2024

La coupure d’Internet en Mauritanie, c’est la mesure mise en place par les autorités mauritaniennes contre les tricheries aux différents examens scolaires. Selon les autorités, cette mesure vise à réduire, sinon empêcher les tricheries lors des examens en cours. La mesure est en vigueur du lundi à ce mercredi, durant l’examen du brevet. Et ce, entre 8h et 12h, et le soir entre 15h et 19h temps universel.

Si les autorités vantent l’efficacité de cette coupure d’Internet en Mauritanie pour lutter contre les tricheries, elle a nettement un impact sur les activités économiques. En effet, Internet est de nos jours une denrée essentielle pour bon nombre d’activités économiques. « À cause de la coupure d’Internet, j’avais des emails importants à envoyer, je n’ai pas pu les envoyer. J’ai des clients qui sont mécontents parce qu’ils attendent des réponses de ma part. », a expliqué à RFI, Mohamed, la trentaine, gérant d’une agence de transfert d’argent.

Une coupure d’internet en Mauritanie qui suscite de la colère

Mohamed n’est pas le seul dans cette situation. La coupure d’Internet en Mauritanie a des conséquences négatives sur plusieurs activités économiques, surtout celles qui dépendent d’Internet. Même si les heures de coupures sont bien déterminées. « Hacene, un autre usager, faisait la navette chaque jour entre les marchés de la capitale et les ministères pour proposer des fournitures de bureaux. Son travail est bloqué », rapporte RFI.

« Tous les pays voisins comme le Mali et le Sénégal organisent leurs concours sans jamais couper l’internet. Pourquoi, nous. Ça ne peut pas continuer. Nous sommes fatigués. Le gouvernement nous prive de notre gagne-pain quotidien. L’État doit se moderniser en organisant ses concours sans nous pénaliser. », s’énerve Hecene au micro de la radio française. Et à juste titre, car la Mauritanie est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique.

Pour rappel, il y a dix jours, les usagers du net avaient connu les mêmes désagréments. Les examens du bac avaient entraîné l’arrêt de la fourniture de l’internet pendant sept jours au mêmes horaires.

Réfléchir autrement

En décidant de la coupure d’internet en Mauritanie, le gouvernement mauritanien savait qu’il exposait les activités économiques à des conséquences. Avec cette coupure d’internet en Mauritanie, il y a plus de frustrés qu’autre chose. Les autorités auraient pu réfléchir autrement pour sécuriser les examens sans pour autant impacter le reste des activités.

Le Togo a connu, ces deux dernières années, des situations similaires. Mais dans le cadre des manifestations politiques et des élections. Pour justifier la suspension d’internet, les autorités ont argué vouloir éviter la diffusion des fake news et messages haineux sur les réseaux sociaux, surtout pendant ces périodes sensibles. Une telle mesure avait des impacts significatifs sur certaines activités, surtout les domaines numériques comme la presse en ligne etc…

Lire aussi : https://linvestigateurafricain.tg/mali-pourquoi-la-cedeao-tarde-t-elle-a-lever-lembargo/

Previous

Mali : pourquoi la CEDEAO tarde-t-elle à lever l’embargo ?

Next

Togo : le Port autonome de Lomé accueille le plus grand navire et le plus moderne en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]