samedi, mars 2 2024

Depuis des mois après le coup d’État en Guinée, le chronogramme de la transition n’est toujours pas adopté. Aussi, aucune fumée n’est perceptible à l’horizon. Cet état de fait renforce les inquiétudes de part et d’autres. Certains craignent par ailleurs des tensions, si des actes concrets ne sont pas posés dans ce sens par les nouvelles autorités.

Sur cette question du chronogramme de la transition, le directeur régional pour l’Afrique du National Democratic Institute (NDI) s’est prononcé. Aussi faut-il le souligner, du 9 au 15 mars, une mission du NDI était à Conakry pour rencontrer le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, et la classe politique.

Un chronogramme de la transition, plus que nécessaire

Selon Christopher Fomunyoh, il est plus qu’urgent pour les militaires au pouvoir de manifester une certaine transparence. Et cela passe par la proposition d’un chronogramme de la transition clair et connu de tous les guinéens.

« Il serait important que le calendrier de la transition soit connu, que le chronogramme, avec des points précis, soit élaboré et partagé avec le grand public. C’est une question de transparence mais c’est aussi une question de confiance entre les Guinéens », a expliqué directeur régional Afrique du NDI.

Pour ce qui est de la priorité que revêt le chronogramme de la transition, le président guinéen, le colonel Mamadi Doumbouya, en a fortement conscience. « Nous l’avons trouvé très serein et très conscient aussi des attentes de la population guinéenne et surtout, de la jeunesse guinéenne qui souhaiterait que cette transition soit la dernière », a affirmé Christopher Fomunyoh.

Lire aussi: GUINÉE : LE RPG D’ALPHA CONDÉ SE RÉORGANISE

Une continuité du dialogue

Face aux mécontentements que l’absence d’un chronogramme de la transition a suscités chez les uns et les autres, il faut privilégier le dialogue. C’est ce à quoi interpelle une fois encore Christopher Fomunyoh.

« A chaque fois qu’il y a eu des contestations publiques en Guinée, cela a toujours fini par des morts d’hommes et des destructions. Mais, il serait important que le dialogue continue », a-t-il exhorté. Ainsi les prochaines élections pourraient être véritablement inclusives pour les guinéens.

En parlant de dialogue politique, la désignation d’un facilitateur de la Cédéao est aussi suggérée. L’intervention de cette tierce personne pourra beaucoup aider, et faciliter les discussions.

 

Sandrine A

Previous

Réorganisation du RPG : Ibrahima Kassory Fofana prend la tête du parti

Next

Hausse des prix généralisée au Sénégal : Macky Sall exhorte à la souveraineté alimentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]