mercredi, mai 29 2024

En Afrique du Sud, les tendances de xénophobie se font toujours présentes. L’on assiste à une recrudescence du sentiment anti-étrangers. Alors au cours d’une session de question-réponse avec le président Cyril Ramaphosa, la question a été de nouveau évoquée par les parlementaires.

Le phénomène de xénophobie en Afrique du Sud n’est pas nouveau. Il faut le rappeler, en 2008, le pays a connu une vague d’attaques contre des réfugiés et des migrants. Résultats, plus de 60 personnes auraient été tuées et des milliers déplacés. Le parti présidentiel est surtout incriminé par les partis d’opposition de nourrir ce sentiment xénophobe dans ses rangs.

De la xénophobie dans les rangs du parti présidentiel

Pour plusieurs partis de l’opposition, le problème de l’immigration clandestine en Afrique du Sud est mal résolu par le pouvoir en place. Malheureusement, le gouvernement ne prend pas les mesures adéquates. Et les membres du parti du président Ramaphosa semblent privilégier plutôt la voie de la xénophobie. Ce qui est inacceptable.

Dans plusieurs interventions des cadres du Congrès national africain (ANC), les migrants illégaux sont ciblés comme auteur de tous les maux. En gros les principaux fauteurs de troubles. C’est à dire les boucs émissaires de l’incapacité des autorités sud-africaines dans de nombreux domaines.

« Monsieur le président, au lieu de résoudre les problèmes, votre parti pointe les gens du doigt. Votre silence sur ce sujet implique que vous validez cette politique du bouc-émissaire contre les étrangers », a pour sa part interpellé John Steenhuisen, le leader du parti l’Alliance démocratique (DA), premier parti d’opposition.

Lire Aussi : VIOLENCES SEXUELLES EN AFRIQUE DU SUD : « CELA DOIT CESSER ! », MARTÈLE LE PRÉSIDENT RAMAPHOSA

Des mesures progressives

Dans sa défense devant les parlementaires, le président Ramaphosa a estimé que des solutions sont mises en œuvre contre l’immigration clandestine. Toutefois, leurs effets seront progressifs. Pour ce qui est des actes de xénophobie dans son camp, des actions sont posées pour y mettre fin. Car ces comportements qui empiètent véritablement sur la stabilité et le caractère hôspitalié du pays.

« Nous ne sommes pas un pays xénophobe, et les responsables du parti que je dirige ne sont pas non plus xénophobes. Notre politique étrangère est admirée à travers le monde car nous avons pris des mesures progressives », a rassuré Cyril Ramaphosa.

« La migration est une question de développement importante au sein de l’Union africaine et de la Communauté de développement de l’Afrique australe, et même dans le monde entier. En conséquence, il figure dans les engagements bilatéraux entre l’Afrique du Sud et d’autres pays africains », a-t-il renchéri. Par ailleurs, il promet un meilleur contrôle des frontières.

 

Sandrine A

Previous

Changements climatiques en Afrique : « Une question de vie ou de mort interpelle » Lee White

Next

Burkina Faso : Les familles des victimes du terrorisme déçues par le président Damiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]