vendredi, mars 1 2024

Suite aux nombreuses attaques perpétrées par les groupes jihadistes, les familles des victimes du terrorisme se retrouvent de plus en plus en agonie. Elles déplorent depuis un moment déjà le traitement qui leur est octroyé par le gouvernement. Alors, elles se sont plaintes devant le président du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

C’était hier jeudi, 1 septembre 2022, lors d’une cérémonie commémorative de la Journée internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme. Ladite cérémonie a d’ailleurs été placée sous le thème « La prise en charge des victimes du terrorisme : un droit pour les victimes et un devoir pour l’État et la communauté ». Objectif, sensibiliser l’ensemble des acteurs à leur devoir de solidarité envers les victimes du terrorisme.

Les difficultés soulignées par les familles des victimes de terrorisme

Depuis la disparition de leurs proches, les familles des victimes du terrorisme éprouvent de nombreuses difficultés ou subissent de mauvais traitements. De plus l’assistance du gouvernement, peine, elle aussi à satisfaire comme il se doit les concernés. C’est le cas notamment avec les mesures de prise en charge médicale et financière des blessés et des familles de victimes du terrorisme.

« Une fois que l’indemnité est versée, la belle-famille la récupère pour un partage, et laisse la veuve et l’enfant dans l’insouciance, alors que la veuve doit élever ses enfants. C’est vraiment traumatisant, il y a des veuves qui veulent se suicider, car elles ne savent pas quoi faire… », a expliqué Pascal Lankoandé porte-parole, les familles des victimes du terrorisme.

Par conséquent, ces dernières attendent plus du président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Elles espèrent surtout un recadrage de la gestion de l’indemnisation allouée aux soldats tombés sur le champ de bataille.

Lire Aussi : APPELS AUX MEURTRES AU BURKINA FASO : LE GOUVERNEMENT RÉAGIT

Une protection de la dignité et des droits

Selon Barthélémy Kéré, le ministre en charge des Droits humains, le gouvernement est à pied d’œuvre pour soulager les familles affectées. Il fait tout son possible pour la protection de la dignité et des droits fondamentaux des personnes affectées par le terrorisme. Et cela n’est pas sur le point de s’arrêter.

« Par cette commémoration, le Burkina Faso réaffirme son ferme engagement à promouvoir et à protéger la dignité humaine et les droits fondamentaux de tous les Burkinabè et de toutes les personnes vivant au Burkina Faso en général, et les droits des victimes du terrorisme en particulier », a déclaré Barthélémy Kéré.

Soulignons que depuis 2015, les attaques commises par Al-Qaïda et l’organisation État islamique ont fait plus de 2 000 morts, civils et militaires. Elles ont même contraint 1,5 million de personnes à devenir des déplacés internes au Burkina Faso.

 

El Professor

Previous

Xénophobie en Afrique du Sud : L’inaction de Cyril Ramaphosa décriée au parlement

Next

Présidentielle kenyane : Raila Odinga farouchement en désaccord avec la décision de la Cour suprême

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]