samedi, mars 2 2024

Ces derniers temps, la nation tchadienne est confrontée à une grande urgence humanitaire face à la forte affluence des réfugiés soudanais. Cette situation préoccupante exige naturellement l’engagement de la communauté internationale à fournir de l’aide et des secours. Ceci dans le but d’alléger les souffrances et de donner de l’espoir aux communautés vulnérables ayant trouvé refuge au Tchad.

C’est dans cet état d’esprit que le Premier ministre de transition, Saleh Kebzabo et Amina Mohammed, la secrétaire générale adjointe de l’ONU ont demandé une intervention plus poussée des nations unies. Car l’urgence humanitaire que vit le Tchad nécessite un soutien conséquent pour venir en aide convenablement aux populations. Depuis le début de la guerre au Soudan, ils sont plus de 260 000 réfugiés au Tchad.

Une urgence humanitaire qui interpelle

Selon Saleh Kebzabo, la crise provoquée par l’afflux massif de réfugiés soudanais à l’Est du pays est une crise sans précédents. Et cela empêche énormément des populations locales obligées de céder leurs champs pour l’érection de camps de réfugiés. Ce qui n’est pas sans conséquences sur la survie des populations et du pays face à cette urgence humanitaire.

Lire Aussi : GUERRE AU SOUDAN : « IL FAUT AIDER MAINTENANT », INTERPELLE LAURA LO CASTRO

« Nous sommes entourés de champs, et au fur et à mesure que la population s’accroit, le territoire des champs diminue. Et là, nous sommes dans un cas de force majeure encore qui fait qu’on n’a pas le temps de regarder le champ d’arachides, de millet et autres. C’est la vie, la survie des populations qui est importante », a-t-il indiqué. En substance, le Tchad a besoin d’aide a plaidé le premier ministre tchadien à l’endroit des nations unies.

Pour la numéro deux des Nations unies, reconnaissant la gravité de la situation, cet appel à l’aide du Tchad dans ce contexte d’urgence humanitaire mérite une véritable mobilisation. Car c’est seulement ainsi qu’on pourrait convenablement venir en aide aux populations vulnérables. « Il est important que nous écoutions les agriculteurs, les éleveurs. Je pense aussi aux écoles et aux hôpitaux que j’ai vus, dont les Tchadiens sont aujourd’hui dépossédés tant ils sont submergés. Nous devons les appuyer », a-t-elle insisté.

Rappelons qu’Amina Mohamed, la secrétaire générale adjointe de l’ONU, a achevé mercredi 19 juillet 2023, une visite de deux jours au Tchad.

 

Sandrine A.

Previous

Guerre au Soudan : « Il faut aider maintenant », interpelle Laura Lo Castro

Next

Succession de Macky Sall : le parti au pouvoir embourbé dans des conflits internes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]