jeudi, mai 30 2024

La sécurité en Centrafrique préoccupe les chefs d’Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). Le sujet est au cœur des discussions ce vendredi 29 janvier 2021  à Luanda dans la capitale angolaise. C’est à l’occasion de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL). Ainsi, L’évènement réuni plusieurs chefs d’État de la région pour échanger sur une situation préoccupante, celle de la sécurité en Centrafrique.

Depuis environ plus d’un mois, la Centrafrique est sérieusement menacée par une vague d’insécurité. Celle-ci est menée par la coalition des groupes armés connu sous le nom (CPC). Ces rebelles ont réussi à perturber le bon déroulement des élections du 27 décembre 2020. Ils paralysent actuellement l’approvisionnement de la capitale Bangui. Alors une solution définitive doit être trouvée au plus vite.

Sécurité en Centrafrique, une médiation en vue

Au cours des échanges lors de ce sommet, le choix d’un médiateur pour la Centrafrique a été débattu. Bien que le président congolais Denis Sassou-Nguesso se soit porté volontaire, le choix est désormais porté sur l’angolais Gilberto Da Piedade Verissimo. Il est le président de la commission de la CEEAC.

Cela permettrait de mettre fin à ce périple qui a trop duré. Car le président centrafricain Faustin Archange Touadéra exigeait que certains préalables soient remplis. C’est-à-dire que médiateur désigné ne devrait pas appartenir à la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac).

Des renforts supplémentaires pour la sécurité en Centrafrique

Pour stopper la nuisance des groupes rebelles, des renforts de plus ne seraient pas de tout refus pour le gouvernement centrafricain. Principalement l’appui qui pourrait être apporté par les forces angolaises et celles congolaises. Aussi le soutien du Tchad est attendu, du fait de sa forte influence militaire dans la sous-région.

Actuellement, la sécurité en Centrafrique , le pays bénéficie de la présence de plusieurs forces à ses côtés. Il s’agit en l’occurrence de la Minusca, des forces russes et rwandaises. Leurs actions coordonnées avec les forces armées centrafricaines ont permis de repousser hors de Bangui les rebelles et de libérer certaines villes.

Lire aussi : RAPPROCHEMENT DU PRÉSIDENT TOUADÉRA AVEC LE TCHAD : LES DIPLOMATES ÉVOQUENT LES RAISONS

Previous

RDC: le Premier ministre Sylvestre Ilunga a rendu son tablier

Next

Terrorisme en Somalie : « l’hôtel Afrik », pris d’assaut par le groupe islamiste des Shebabs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]