mardi, juin 18 2024

Les  rebelles en Centrafrique ont tous les problèmes à mettre en oeuvre leur stratégie.En effet, le gouvernement se déploie à mettre fin à l’asphyxie instaurée par la coalition des rebelles autour de la capitale Bangui. Alors il a mis en exécution une nouvelle opération militaire qui a pour but de mettre en branle les groupes armés.

Pour accomplir avec succès sa mission, les forces armées centrafricaines peuvent compter sur la présence à leur coté de certains alliés de taille. Il s’agit entre autres du renfort apporté par les forces russes, celles rwandaises et de la Minusca. Depuis plus d’un mois environ, la coalition des groupes rebelles (CPC) empêche tout approvisionnement vers la capitale Bangui. Conséquence, plusieurs camions de marchandises sont bloqués sur l’axe Douala-Bangui ou à la frontière.

 Rebelles en Centrafrique, groupes armés à déstructurer

Selon Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement centrafricain, la contre-offensive lancée ces derniers jours aux abords de Bangui revêt plusieurs finalités. Elle devrait permettre de réduire à néant les différents groupes armés qui remettent en cause la sécurité du pays d’une part. De l’autre, il est question de garantir à nouveau la liberté de circulation des biens et des personnes dans cette zone du pays.

« Cette contre-offensive a pour but de stopper ou d’annihiler les bases arrières d’une part pour déstructurer ces groupes armés », a indiqué Ange Maxime Kazagui. Et de poursuivre « la priorité est de libérer le corridor, jusqu’au Cameroun, jusqu’à la frontière afin que les marchandises puissent sortir et venir ».

Des actions continues pour combattre les rebelles en Centrafrique

En termes de résultats, la démarche initiée par les autorités centrafricaines a permis de reprendre le contrôle de certaines villes du pays. C’est le cas de Boda, où les rebelles en Centrafrique ont pris la fuite sans combattre. Alors les autorités centrafricaines ne comptent pas s’arrêter là. Ses actions militaires vont s’étendre à Bossambélé, Boali et d’autres villes.

Pour libérer ces villes où les centrafricains sont pris en otages depuis des mois, le gouvernement entend réquisitionner plusieurs véhicules. Ces derniers vont servir à transporter les forces centrafricaines sur les différents lieux d’opération. Ceci en raison du fait que l’Etat centrafricain a des difficultés d’ordre logistique. En procédant de cette façon, le gouvernement espère ramener la sécurité au plus vite dans le pays.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE: LA VILLE DE BODA REPRISE PAR LES FACA

Previous

Niger: la modernisation de Niamey se poursuit

Next

Mali: Bah NDaw reçu à l’Élysée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]