jeudi, février 29 2024

Le processus de réconciliation nationale au Burkina Faso a de beaux jours devant lui. Les burkinabé pourront très bientôt voir le Forum de réconciliation nationale se concrétiser. En effet, hier jeudi 20 janvier 2022, le président Roch Kaboré a procédé à l’installation du Conseil national d’orientation et de suivi de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

Cette bonne nouvelle sur la question de la réconciliation nationale au Burkina Faso intervient dans une période un peu trouble pour le pays. C’est-à-dire, une dégradation de la situation sécuritaire et un pouvoir vacillant sous la pression du peuple. L’attaque qui avait visé les gendarmes à Inata, a été déterminante pour pousser les populations à s’opposer à l’inaction de l’Etat face aux terroristes.

Une réconciliation nationale au Burkina Faso gage d’espoir

Selon le président Kaboré, une importante étape vient d’être franchie en ce qui concerne le processus de réconciliation nationale au Burkina Faso. Ainsi les différents sujets à tensions qui minent la vie sociale entre burkinabé pourront être évoqués et aplanis. Ce qui Laissera place à la vérité et au pardon pour un nouveau départ.

« Ce sera un rendez-vous historique pour les Burkinabè, qui auront alors l’occasion de se parler en toute franchise, d’examiner toutes les questions de réconciliation qui se posent à notre pays et de se donner la main pour construire un nouvel avenir », a indiqué Roch Kaboré.

Toutefois cet acheminement vers la tenue prochaine du Forum national de réconciliation nationale au Burkina n’est du gout de tout le monde. « Le Burkina Faso n’a pas besoin de réconciliation Mr le Président. Le Burkina Faso a besoin d’un homme fort pour affronter l’insécurité », a déclaré Abdoul Rahim.

Une importante mission

S’inscrivant dans un rôle consultatif et de concertation, le conseil aura fort à faire pour contribuer à cette réconciliation nationale tant désirée. Il s’agit essentiellement pour lui d’orienter la politique de réconciliation du gouvernement.

« Il est chargé de donner des orientations et de suivre l’élaboration de la mise en œuvre des différentes stratégies relatives à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale, qui seront soumises à l’examen, aux amendements et à l’adoption du Forum national de réconciliation », a expliqué Nana Fatoumata Benon Yatassaye, secrétaire générale du gouvernement.

Notons que ce conseil de la réconciliation nationale au Burkina est composé de 119 membres d’importantes places accordées aux femmes. Celles-ci sont au nombre de 34. Tous seront consultés à toutes les étapes du processus.

Lire aussi: CRISE SÉCURITAIRE AU BURKINA FASO: LE PRÉSIDENT KABORÉ EN TRÈS MAUVAISE POSTURE

 

El Professor

Previous

Apartheid sanitaire: l’Afrique du sud lance la construction de son usine de fabrication de vaccins anti Covid-19

Next

Crise au Mali: Faure Gnassingbé grand artisan de paix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]