mercredi, février 28 2024

Résolument engagé en matière de paix en Afrique et surtout dans la région ouest africaine, le président togolais Faure Gnassingbé ne reste pas indifférent à la crise au Mali. Sa détermination à y voir régner une stabilité politique et sécuritaire renforce continuellement sa motivation.

Alors au détour de son voyage en Gambie, Faure Gnassingbé a rendu une visite très discrète aux autorités de la transition malienne. Concrètement, un important entretien a eu lieu avec le colonel Assimi Goita. Quelles sont les raisons principales ayant guidé ce voyage ? Cette diplomatie du réel va-t-elle permettre de trouver des solutions à cette crise au Mali ? FEG

La crise au Mali, une menace pour la stabilité de la sous-région

A observer de près la transition en cours, il est évident que la crise au Mali n’épargne pas les autres Etats voisins. En clair, ne pas résoudre au plus vite cette situation pourrait faire voler en éclat plusieurs démocraties. Ceci du fait qu’il existe une dépendance mutuelle entre le contexte particulier de chaque État et le contexte transnational qui les abrite. FEG au Mali

Par conséquent sauver le Mali, c’est sauver la région du Sahel, celle du golfe de Guinée et l’Afrique de l’Ouest en somme. Face à cette donne, le Président Faure Gnassingbé a privilégié l’action au niveau régional et interrégional en Afrique. Par sa diplomatie discrète, soutenue par l’esprit d’écoute et de dialogue, la solidarité, il espère ainsi restaurer l’équilibre.

Un équilibre à retrouver au plus vite

Dans un monde aujourd’hui marqué par un terrorisme plus virulent, la région ouest africaine est confrontée à des conflits aux enjeux transnationaux importants. Alors il est impératif d’instaurer des conditions politiques indispensables à la construction d’une paix durable. Et c’est en cela que l’intervention de Faure Gnassingbé semble salutaire pour une paix positive. FEG

En intervenant ainsi dans la crise au Mali, une fois de plus Faure Gnassingbé contribue à la défense de la paix et à la préservation de la stabilité de nos régions. Aussi, il est indispensable d’empêcher les mouvements terroristes de profiter des tensions politiques actuelles pour prendre de l’ascendance.

En somme, il urge donc de trouver des solutions propices et plus adaptées à la crise au Mali. Car les récentes sanctions de la Cédéao contre le Mali, semblent affecter plus les populations que les militaires au pouvoir. C’est pourquoi, au nom de la solidarité et du principe de communauté de destins, le Togo a pris, la résolution de renforcer son implication dans la crise au Mali.

Lire aussi: DISPONIBILITÉ DE LA CEDEAO À ACCOMPAGNER LE MALI : DES SANCTIONS À LA NÉGOCIATION ?

 

El Professor

Previous

Réconciliation nationale au Burkina Faso : un tournant décisif amorcé

Next

Putsch au Burkina Faso : fin du pouvoir de Roch Marc Kaboré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]