samedi, avril 20 2024

Au Niger, une tempête économique fait rage, jetant 25 millions de citoyens dans l’incertitude quotidienne. Les chiffres alarmants compilés par le Programme alimentaire mondial (PAM) révèlent une hausse vertigineuse des prix des aliments de base, amplifiant la vulnérabilité des populations déjà éprouvées.

Cette situation éprouvante pour les nigériens survient suite aux Sanctions et au Coup d’État des militaires actuellement au pouvoir. Un sac de riz, autrefois accessible à 10 500 francs CFA, s’est métamorphosé en fardeau financier à 17 000 francs CFA, illustrant une crise qui s’enfonce dans le quotidien des Nigériens.

Une régulation des prix des aliments de base demandée

Face à cette situation critique, le coordinateur du Mouvement M62, Abdoulaye Seydou, sonne l’alarme lors d’un point de presse. Il dénonce principalement la vie chère qui devient insoutenable pour les populations. Aussi, il plaide pour une régulation accrue des prix des aliments de base, tout en saluant timidement les réductions fiscales de 25% sur des produits clés annoncées par les nouvelles autorités.

Lire Aussi : NIGER : QUE DEVIENT BAZOUM DEPUIS SA DESTITUTION ?

La conjonction de sanctions économiques de la Cédéao et des séquelles du coup d’État du 26 juillet dernier dépeint un tableau sombre. La pression économique, accentuée par les sanctions régionales, nécessite donc une réponse rapide pour atténuer les souffrances des citoyens face à cette crise qui ébranle les fondations mêmes de leur quotidien. Le Programme alimentaire mondial et la Banque mondiale, dans un document conjoint, soulignent que les aliments de base, déjà en proie à des prix anormalement élevés, subissent une nouvelle escalade.

La fermeture des frontières avec le Bénin et le Nigeria aggrave la crise, transformant les hausses de 34% pour le riz, 22% pour le maïs et 9% pour le mil en une menace imminente pour la stabilité alimentaire du pays. Le Niger, en proie à une spirale infernale, appelle à une action urgente pour atténuer l’impact dévastateur sur la vie quotidienne de ses citoyens.

 

Tony A.

Previous

CAN 2024 en Côte d’ivoire : Un tournoi sans faille, une sécurité sans compromis ?

Next

Sextorsion en Afrique : Quand la confiance virtuelle devient un piège

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]