mardi, février 27 2024

Au Niger, à près de six semaines de l’élection de décembre prochain, tous les acteurs politiques s’activent acharnement pour soumettre leur candidature. Pour cela, l’opposant Hama Amadou a demandé à la justice nigérienne la rectification de son casier judiciaire. Mais sa requête s’est soldée par un refus.

Pour rappel, le chef de file de l’opposition avait été condamné en mars 2017 à un an de prison ferme pour trafic de bébés. Cette condamnation l’empêche d’être candidat à la présidentielle prochaine. Car le nouveau code électoral du Niger interdit à toute personne, condamnée à une peine d’un an de prison ferme, de participer à une élection. Il lui est également interdit de diriger un parti politique.

Une condamnation définitive

D’après le président de la Cour d’appel de Niamey, Hama Amadou ne pourrait voir son casier judiciaire blanchi comme il le souhaite. Ceci du fait que la condamnation dont il est sujet est définitive. De plus, la condamnation ne pourrait être effacée.

Pour l’avocat d’Hama Amadou, ce refus n’est pas fondé sur des motifs sérieux. Selon Daouda Samna, les arguments énoncés constituent juste une manœuvre pour empêcher son client de se porter candidat à la présidentielle.

Poursuivant toujours dans sa logique, Maître Samna estime que la procédure n’a pas été respectée. Alors la lettre qui lui a été adressée par le président de la Cour d’appel n’a pas de valeur légale.

Un refus injustifié

« Il n’appartient pas au président d’accepter ou de refuser de rectifier le casier judiciaire », a affirmé l’ancien bâtonnier. Lorsqu’on saisit le président d’une requête, il a l’obligation de communiquer cette requête au parquet, au ministère public et de désigner un rapporteur. Et c’est cela qu’exige la loi.

« Même s’il estime que ma requête n’est pas fondée, il faudrait le dire par une décision de justice, pas une lettre », a insisté l’avocat d’Hama Amadou. Par conséquent, il rejette cette décision de justice qu’il trouve arbitraire.

Aussi, il a intenté une procédure pour faire opposition à la condamnation de Hama Amadou. Il promet d’user de toutes les voies de recours possibles pour obtenir la rectification du casier judiciaire de Hama Amadou.

Previous

Ghana/Nécrologie : décès de J. J Rawlings

Next

[Tribune] Élections américaines, élections africaines : les perdants doivent respecter le pouvoir des urnes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]