jeudi, avril 18 2024

Le président du GPS (Générations et Peuples Solidaires), Guillaume Soro, vient d’être cloué sur la croix de la justice ivoirienne. Il a été condamné à la prison à vie. C’est ce qui ressort de la récente décision rendue par le tribunal criminel d’Abidjan.

En effet, l’ancien premier ministre et président de l’assemblée nationale ivoirienne a été jugé en son absence et condamné à perpétuité. La justice reproche au président du GPS ainsi qu’à 19 de ses proches d’avoir fomenté un complot contre l’autorité de l’Etat. Par conséquent, cette tentative ne peut rester impunie. De plus, le procureur a exigé une ferme sanction contre eux.

Une lourde peine pour le président du GPS et ses compagnons

Contre Guillaume Soro et ses compagnons, la justice de Côte d’Ivoire à prononcer de lourdes peines. Le président du GPS devra passer le restant de sa vie en prison. Quant à son avocate Affoussy Bamba, son directeur de protocole Soul to Soul, tous sont condamnés à 20 ans de prison. Il en est de même pour les militaires de sa garde rapprochée.

Certains ont tout de même eu des peines légères. C’est le cas notamment de l’ancien ministre et ex-député Alain Lobognon qui écope de 17 mois de prison pour troubles à l’ordre public. Outre cela, la justice ivoirienne exige la dissolution de son parti le GPS. Les inculpés devraient aussi verser des dommages et intérêts à hauteur d’un milliard de FCFA. Une somme à payer solidairement.

A lire aussi: https://linvestigateurafricain.tg/un-nouveau-proces-contre-soro/

Une sanction rejetée

Pour Guillaume Soro, président du GPS, cette condamnation n’est qu’instrumentalisation de la justice ivoirienne. Alors il la rejette formellement. « Je rejette totalement ces verdicts iniques, prononcés en dehors de toutes les règles de droit et dictés par des considérations d’ordre politique », avait-t-il réagi sur les réseaux sociaux à travers un communiqué.

Il estime par ailleurs, qu’il s’agit pour la énième fois d’un stratagème visant à l’écarter définitivement du jeu politique en Côte d’ivoire. Alors il n’est pas prêt à renoncer de sitôt à ce combat. « Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse contre la captation de l’Etat ivoirien et la mise sous tutelle de toutes ses institutions », a déclaré le président du GPS.

A lire aussi: https://linvestigateurafricain.tg/le-proces-de-guillaume-soro-reporte/

Tony AMETEPE

Previous

Mauritanie : l’ex-président Mohmamed Ould Abdel Aziz sous les verrous

Next

Forum de Bamako : Jonas Aklesso Daou, l’entrepreneur togolais qui crée de l’impact en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]