samedi, avril 20 2024

À l’approche de l’élection présidentielle au Tchad, le nouveau code électoral suscite une vague de critiques et de contestations de la part de l’opposition. Des dispositions controversées remettent en question la transparence et la crédibilité du processus électoral à venir. Parmi les points de friction, la suppression de l’affichage des résultats devant les bureaux de vote et le refus de remettre aux partis politiques des copies des procès-verbaux soulèvent des inquiétudes quant à l’intégrité du processus démocratique.

A deux mois de la présidentielle, le nouveau code électoral au Tchad laisse transparaitre des préoccupations majeures quant à la transparence, à l’équité et à la crédibilité du processus électoral. Les contestations de l’opposition évoquent la nécessité d’un débat ouvert et inclusif pour garantir des élections libres et équitables, conformes aux normes démocratiques internationalement reconnues.

Recul en termes de transparence électorale

Une des principales critiques concerne l’abolition de l’affichage des résultats devant les bureaux de vote, une pratique qui garantissait une transparence accrue du processus électoral. Cette décision, selon les conseillers d’opposition, constitue un grave recul en termes de crédibilité et de transparence.

En effet, l’affichage public des résultats permettait à tous les électeurs de vérifier la sincérité du dépouillement et de garantir l’intégrité du processus démocratique. Son abolition risque d’entacher la confiance des citoyens dans l’équité des élections à venir. Outre la question de la transparence, les changements apportés au processus électoral suscitent également des contestations concernant les conditions d’éligibilité et les modalités de candidature.

Lire aussi : DIPLOMATIE : POURQUOI LE TORCHON BRÛLE ENTRE NIAMEY ET WASHINGTON ?

Contestations du nouveau code et limitations des candidatures

Il s’agit notamment de la limitation des candidatures indépendantes et l’exigence d’un certificat de résidence effective d’au moins un an au Tchad pour les candidats à la présidentielle font débat. Ces nouvelles exigences du code électoral restreignent le champ des candidats potentiels et pourraient remettre en question le principe d’égalité des chances et la diversité démocratique.

Face aux critiques et aux contestations, les autorités tchadiennes n’ont pas encore répondu aux sollicitations des médias. Cependant, les partisans des changements apportés au code électoral défendent la nécessité d’assurer la stabilité et la légitimité du processus électoral.

Ils soutiennent que les nouvelles dispositions visent à renforcer la fiabilité et l’efficacité du système électoral, notamment en garantissant la conformité avec la Constitution et en prévenant les fraudes électorales. Toutefois, l’absence de dialogue et de consultation avec l’opposition suscite des inquiétudes quant à la légitimité et à l’équité du processus électoral à venir.

Tony A.

Previous

Diplomatie : Pourquoi le torchon brûle entre Niamey et Washington ?

Next

Révision Constitutionnelle au Togo : Une farce politique ou une stratégie de retraite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

5ème République : le Togo adopte à l'unanimité une nouvelle Constitution

5ème République : les députés togolais adoptent à l’unanimité une nouvelle Constitution

Investigateur Africain

Dans un moment historique empreint de changement et d’espérance, le Togo franchit une étape décisive vers une transformation politique majeure (5ème République). Après des délibérations intenses et une relecture minutieuse, ce vendredi 19 avril 2024 en séance plénière, les députés togolais ont voté à l’unanimité en faveur de l’adoption d’une nouvelle constitution. La nouvelle constitution […]

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

DIETRICH Thomas Pierre déclaré coupable du délit d’entrée illégale sur le territoire togolais

Investigateur Africain

Suite à l’expulsion du français DIETRICH Thomas Pierre du sol togolais, le procureur de la République a tenu à faire des éclaircissements sur la situation. Les explications ont donc été données via un communiqué paru le 18 avril 2024. DIETRICH Thomas Pierre, un imposteur COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Le 03 avril 2024, monsieur […]

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Va-t-on vers l’adoption définitive de la nouvelle constitution au Togo avant le 29 avril prochain ?

Rédaction

Après de larges consultations menées par les députés togolais avec toutes les parties prenantes de la vie nationale, le pays se tient au seuil d’un moment historique. Celui de redéfinir les fondements de son gouvernement et de sa société après relecture du nouveau projet de constitution. Le Togo va-t-il finalement passer d’un régime fort présidentiel […]