lundi, juillet 22 2024

Afin d’organiser de la meilleure façon les prochaines élections générales au Gabon (présidentielle, législatives et locales), une importante décision a été prise. Il s’agit en effet de l’adoption à une écrasante majorité, de la nouvelle constitution révisée. Celle-ci résulte surtout d’une concertation politique entre la majorité et l’opposition.

Pour en venir à cette révision de la constitution, les députés et sénateurs se sont réunis hier jeudi 6 avril 2023 en Congrès à Libreville. Le vote retransmis en direct par la télévision publique Gabon Première a eu pour issue, « 86 % des suffrages exprimés », en faveur de la nouvelle constitution. Un score largement au-dessus de la majorité qualifiée requise des deux tiers.

La nouvelle constitution, un point de changements

Pour le Premier ministre Alain-Claude Bilie-By-Nze, la révision de la constitution est un franc succès. Car la nouvelle constitution est une voie ouverte à de nombreux changements importants. C’est à dire l’alignement de tous les mandats politiques à cinq ans. Il s’agit notamment de celui présidentiel qui passe désormais de 7 à 5 ans, celui des sénateurs de 6 à 5 ans.

Par ailleurs, on assiste au retour à un scrutin à un tour contrairement aux deux tours prévus par la révision de 2018 « pour toutes les élections ». A cela s’ajoute, une « non limitation de tous les mandats politiques ». Il faut le préciser, la réforme doit s’appliquer aux élections générales de 2023. Alors, la promulgation de la nouvelle constitution par le président Ali Bongo est vivement attendue.

Lire Aussi : PRÉSIDENTIELLE 2023 AU GABON : ALI BONGO À L’ÉCOUTE DES PARTIS POLITIQUES

Un changement dénoncé par une partie de l’opposition

Bien que la nouvelle constitution ait été majoritairement adoptée, l’opposition gabonaise émet de gros doutes. Elle estime que tout est encore fait pour garantir la réélection sans grands efforts du président Ali Bongo qui probablement sera candidat à sa propre succession. Sa capacité physique à diriger le pays, est vivement dénoncée depuis qu’il a été victime d’un AVC en octobre 2018.

« Pour nous, les choses ont été biaisées dès le départ. L’objectif qui permet d’éviter les lendemains électoraux de crise, c’est l’amélioration du système électoral. Cet aspect a été annihilé. Donc, nous ne voyons pas l’intérêt d’apporter une quelconque caution à ce qui s’est fait et décidé », a exprimé Albertine Maganga Moussavou, députée de l’opposition.

 

La Rédaction

Previous

Personnel de santé au Zimbabwe : le gouvernement criminalise le recrutement par d'autres pays

Next

Chemin de fer Abidjan-Ouagadougou : un train de la Sitarail déraille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]