jeudi, février 29 2024

Avec la chute emblématique du mur de Berlin en 1989, le monde a anticipé un ordre international dominé par l’Occident. Cette vision s’est cependant complexifiée au fil des décennies. La guerre russo-ukrainienne, les assauts du Hamas contre Israël et la réponse vigoureuse de l’État hébreu, ainsi que la montée du panafricanisme et les coups d’État en Afrique, ont redessiné le paysage mondial.

Nous assistons à l’émergence d’un nouvel ordre mondial, rappelant la guerre froide, mais avec des nuances subtiles. L’ère post-mur de Berlin a vu l’Occident, dirigé par les États-Unis, dominer la scène internationale. Cependant, aujourd’hui, un nouvel ordre mondial plus équilibré se dessine. Face à ces mutations, l’Afrique se trouve à un carrefour. Comment le continent doit-il se positionner dans ce monde en évolution rapide ?

Trouver le juste positionnement dans le nouvel ordre mondial

Il n’existe pas de solution universelle pour l’Afrique dans ce contexte. Cependant, certains indicateurs peuvent guider ses choix dans son positionnement dans le nouvel ordre mondial. La maîtrise des enjeux internationaux est essentielle : le terrorisme, le fondamentalisme et les conflits internationaux demandent une compréhension approfondie.

Dans ce paysage complexe, le multilatéralisme s’impose comme une stratégie incontournable. Les pays africains doivent lire attentivement la carte politique mondiale. Les choix politiques doivent être pris avec précaution, tenant compte des partenaires et de leurs alliances internationales. Chaque nation lutte pour la survie de son peuple, ce qui rend impératif de comprendre les motivations de chaque acteur sur la scène internationale.

Lire Aussi : BERM AU MAROC : POURQUOI UN LONG ET GRAND MUR DE SABLE DANS LE SAHARA ?

La voie de l’indépendance

Comment l’Afrique peut-elle s’adapter à ce nouvel ordre mondial ? Quelles alliances sont les plus bénéfiques pour le continent ? Ces questions, bien que non explicitement formulées, invitent à la réflexion profonde. Comme on peut aisément sen rendre compte l’Afrique se trouve à un tournant. La véritable indépendance ne se gagne pas par des actions impulsives, mais par une compréhension profonde des enjeux internationaux et un positionnement stratégique réfléchi.

Le multilatéralisme et la lecture précise de la carte politique mondiale sont les clés de ce positionnement. L’Afrique doit se montrer flexible, ouverte aux alliances tout en préservant son intégrité et son indépendance. Ainsi elle pourrait avoir un positionnement bénéfique pour celle dans ce nouvel ordre mondial.

 

Steven Edoé Wilson

Previous

Berm au Maroc : Pourquoi un long et grand mur de sable dans le Sahara ?

Next

Ucad à Dakar : vers une année blanche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]