jeudi, avril 18 2024

Comme pressenti, Simone Gbagbo a enfin son parti politique, le MGC (Mouvement des générations capables). Ce regroupement qui n’était autrefois qu’une coalition des soutiens pour sa personne, c’est finalement transformé en parti politique. L’ex-première dame en a été élue présidente, le samedi 20 août dernier.

A présent, elle peut enfin s’imposer davantage sur la scène politique ivoirienne. Avec 100% des voix, Simone Gbagbo prend fièrement les rênes du MGC. Elle porte déjà de grandes ambitions et pas des moindres pour le nouveau parti.

Le MGC, signe de rupture avec le passé

Au cours de l’assemblée générale extraordinaire marquant la création officielle du MGC, les raisons ayant motivé cette mutation ont été explicitées par plusieurs responsables. Il s’agit surtout de défendre de la meilleure des façons l’intérêt supérieur de la nation. Et de plus, d’apporter une nouvelle dynamique au sommet de l’État.

« Cette mutation va permettre au MGC dans la logique de la quête permanente de l’adéquation des actes avec l’intérêt supérieur de la nation, de mieux se structurer pour une plus grande efficacité », a expliqué Mme Marie-Claude Kraidy, coordinatrice dudit mouvement.

« À partir de cet ancrage dans les valeurs, le MGC veut capitaliser cette mobilisation pour qu’il en sorte un instrument politique, qui va irradier le pays pour le bien-être des populations ivoiriennes », a précisé pour sa part Dominique Traoré, président de la commission scientifique.

Lire Aussi : COUPLE GBAGBO: UN AUTRE DIVORCE ?

La présidentielle 2025 en ligne de mire pour le MGC

En dehors de ces motivations sus évoquées, l’officialisation du MGC comme parti politique, symbolise la rupture politique de Simone Gbagbo avec le FPI. A cela s’ajoute celle avec M. Laurent Gbagbo, qui a également créé le Parti des Peuples Africains de Côte d’Ivoire (PPACI). Son parti a même brillé par son absence à l’invitation du MGC.

« Le PPA-CI a reçu une invitation, le PPA-CI n’est pas venu. Nous avons pris acte de cela mais nous n’en voulons pas non plus au PPA-CI. Chacun trace son chemin », a déclaré Simone Gbagbo. L’objectif est clair, gagner les élections prochaines quels que soient les autres candidats qui seront en face.

Quoi qu’il en soit, les dés sont jetés, et le MGC se projette déjà très loin. « Quand une organisation se proclame parti, c’est qu’il a l’intention de mener le combat pour accéder au pouvoir. Nous souhaitons avoir des candidats pour les municipales à venir, pour les présidentielles à venir », a -t-elle laissé entendre.

 

El Professor

Previous

Présidentielle 2024 au Sénégal : l’opposant Ousmane Sonko sera candidat

Next

Droits fondamentaux en Guinée : Michelle Bachelet rappelle le colonel Mamadi Doumbouya à l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

À la rencontre des togolais : L'Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

À la rencontre des togolais : L’Assemblée Nationale entame une tournée de consultation

Investigateur Africain

Dans un contexte de réforme constitutionnelle majeure, l’Assemblée nationale du Togo s’engage dans une tournée nationale d’écoute et de consultation des populations. Cette démarche vise à favoriser un dialogue inclusif et à recueillir les aspirations des citoyens en vue de remodeler l’avenir politique du pays. Au cœur de cette initiative se trouve la volonté d’impliquer […]

révision constitutionnelle : Faure Gnassingbé défend l'inclusion de tous

Inclusion et dialogue : Faure Gnassingbé défend une Constitution pour tous

Investigateur Africain

Dans un geste audacieux et résolument démocratique, le Président de la République du Togo, Faure Gnassingbé a récemment appelé à un élargissement du dialogue autour de la réforme constitutionnelle en cours. Cette initiative marque un tournant dans l’approche politique du pays et suscite un vif intérêt quant à ses implications sur l’avenir démocratique du Togo. […]

La justice libère deux proches de Mohamed Bazoum

Libération inattendue au Niger : Deux proches de Mohamed Bazoum remis en liberté

Investigateur Africain

Au Niger, une décision inattendue de la justice a secoué le pays ce mardi 2 avril. La justice a ordonné la remise en liberté d’Abdourahamane Ben Hamaye, journaliste au sein de la présidence sous Mohamed Bazoum, et de Mohamed Mbarek, cousin de l’épouse de l’ancien président. Ces deux hommes étaient en garde à vue depuis […]