dimanche, février 25 2024

Au Mali, Guillaume Ngefa, chef des droits de l’homme de la Minusma n’a plus sa place. Il a été sommé par les autorités de la transition à quitter au plus vite le pays. C’est à dire dans un délai de quarante-huit heures selon l’annonce officielle du porte-parole de la junte malienne.

Pour plusieurs observateurs de la scène politique malienne, cette décision était prévisible. Elle intervient suite au départ forcé du représentant de la Cédéao et celle de l’ambassadeur de France, après le départ de Barkhane. Depuis sa création en 2013, le Congolais Guillaume Ngefa-Atondoko Andali dirige la division droits de l’homme et protection de la Minusma. Ladite division est chargée d’enquêter sur les crimes commis par tous les acteurs présents au Mali.

Une partialité supposée de Guillaume Ngefa

D’après les autorités de la transition malienne, l’expulsion de Guillaume Ngefa est légitime. Elles estiment que le directeur division droits de l’homme de la Minusma aurait pris parti en mettant en avant Aminata Dicko comme représentante de la société civile au Conseil de sécurité, le 27 janvier dernier.

Il faut le souligner, lors de cette rencontre, la vice-présidente de l’observatoire Kisal n’avait pas manqué de dénoncer les dérives sécuritaires au Mali. Les bavures de l’armée nationale et surtout celle des nouveaux alliés russes ont été pointées du doigt. Celles-ci sont accusées de graves violations constituant des entorses flagrantes aux droits de l’homme.

Lire Aussi : MALI : LES 49 SOLDATS IVOIRIENS CONDAMNÉS PAR LA JUSTICE FINALEMENT GRACIÉS PAR ASSIMI GOÏTA

L’avenir de la Minusma toujours en étude

Pour l’ONU, l’expulsion de Guillaume Ngefa du territoire Malien n’est en aucun cas un frein au mandat de la Minusma. Et la protection des droits de l’homme continuera par être effectif. Toutefois, l’avenir de la Minusma représente un grand challenge auquel il faudrait trouver des réponses satisfaisantes au plus vite.

Les options vont d’une augmentation du nombre de casques bleus à une réduction de la Minusma à un simple bureau politique, à Bamako uniquement.

 

El Professor

Previous

Pénurie de billets de banque : les Nigérians à bout de nerfs

Next

Extrémisme violent en Afrique : les causes d'adhésion des jeunes aux groupes terroristes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

BURKINA FASO : LES ATELIERS SANKARISTES PRENNENT VIE A KOUDOUGOU

Rédaction

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso. C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite […]

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]