vendredi, février 23 2024

Les prochaines élections législatives et régionales au Togo, prévues pour le 13 avril 2024, suscitent déjà des controverses politiques. L’annonce des autorités sur le nouveau découpage électoral a été vivement critiquée par l’opposition, en particulier par l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Selon ce parti d’opposition, le découpage électoral actuel pose problème en raison d’une sous-représentation des bastions électoraux de l’opposition, notamment dans le sud du pays. Pour le gouvernement togolais, ces élections représentent une opportunité de renforcer la démocratie et de promouvoir une représentation politique plus équilibrée et inclusive. Cependant, les critiques de l’opposition soulignent la nécessité d’une réforme électorale plus approfondie pour garantir l’intégrité et la légitimité du processus électoral.

Des inquiétudes de l’opposition sur l’équité et la transparence du processus électoral

L’ANC dénonce une augmentation du nombre de députés qui ne règle pas le problème fondamental de l’équité et de la transparence dans le processus électoral. Jean-Pierre Fabre, président de l’ANC, souligne que certains députés représentent deux à trois fois plus de populations que d’autres, ce qui contrevient au principe d’égalité énoncé dans la Constitution togolaise. Cette inéquité, selon lui, constitue une violation des valeurs démocratiques et compromet la légitimité du processus électoral.

Lire Aussi : GÉOPOLITIQUE SAHÉLIENNE : L’ALGÉRIE DANS LA TOURMENTE

Le découpage électoral contesté soulève également des questions sur la représentativité démocratique au sein de l’Assemblée nationale. En effet, une distribution inégale de la représentation parlementaire peut entraîner un déséquilibre politique et compromettre la capacité du gouvernement à prendre des décisions équilibrées et représentatives des intérêts de l’ensemble de la population. En outre, cela pourrait nourrir un sentiment de méfiance à l’égard des institutions politiques et fragiliser la stabilité politique du pays.

Ces élections législatives seront couplées avec des élections régionales, une première dans l’histoire politique du Togo. Cette nouvelle configuration électorale souligne l’importance croissante des enjeux régionaux dans le paysage politique togolais. Toutefois, les contestations autour du découpage électoral risquent de compromettre la légitimité des résultats électoraux et de susciter des tensions sociales et politiques dans le pays.

 

Tony A.

Previous

Géopolitique Sahélienne : L'Algérie dans la tourmente

Next

Santé-Environnement : Préoccupations grandissantes concernant la qualité de l'eau au Nord du Niger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]