vendredi, mars 1 2024

Du 25 au 27 janvier, la capitale sénégalaise, a accueilli un évènement pas des moindres. Il s’agit du Sommet Dakar sur la souveraineté alimentaire qui est à sa deuxième édition. Il était placé sous le thème « Nourrir l’Afrique : souveraineté alimentaire et résilience ». Il était question pour les chefs d’Etats et officiels africains de confronter certaines politiques nationales en vue d’aboutir à l’élaboration d’un nouveau compact africain en matière agricole pour ainsi libérer le plein potentiel alimentaire du continent.

Pour ce sommet Dakar le Togo, le président de la République du Togo, Faure Essozimna GNASSINGBE a été bien représenté par le ministre du secteur, Antoine Lékpa GBEGBENI, ministère de l’Agriculture, de l’élevage et du développement rural. Il est accompagné par une importante délégation du secteur privé, invitée par le top management de la BAD (Banque Africaine de Développement), conduite par Essohanim GNASSINGBE, le maire adjoint de la commune du Golfe 3.

Le secteur privé togolais fortement représenté au sommet Dakar 2

Accueilli par S.E. Macky Sall, président de la République du Sénégal et président en exercice de l’Union africaine, ce sommet a réuni des gouvernements, des dirigeants du secteur privé, des représentants d’organisations multilatérales et d’ONG, ainsi que des scientifiques et des chercheurs. En trois jours, tout ce beau monde s’est attelé à exploré les moyens de relever le défi croissant de la sécurité alimentaire en Afrique et renforcer la résilience du continent face aux chocs futurs. Des sujets qui occupent une place de choix dans les programmes des dirigeants togolais. sommet Dakar 2

Invité par la BAD et sous la conduite du Maire adjoint de la Commune du Golfe 3, Essohanim GNASSINGBE, ce secteur privé togolais s’est adjoint à la délégation pays, conduite par le ministre en charge du secteur agricole, pour faire appel à l’engagement des partenaires, à l’exemple de la Banque Afrique de Développement, sous le leadership du gouvernement, afin d’aboutir à l’émergence des productions locales pour assurer la souveraineté alimentaire au Togo.

Lire aussi : INVESTIR EN AFRIQUE : LA ZLECAF UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL

«Supprimer les obstacles au développement agricole et stimuler les investissements du secteur privé ».

A ce sommet Dakar 2, le groupe de la BAD a souligné la forte volonté politique des chefs d’État et de gouvernements africains, à promouvoir de nouvelles technologies et plateformes, afin de fournir des solutions agricoles respectueuses du climat. Ce qui d’ailleurs et en substance, permettra à beaucoup de pays de parvenir à une autosuffisance en matière de cultures agricoles. L’espoir est donc permis pour atteindre les objectifs de Faim Zéro des Nations unies. Mais pour ce faire, le continent devra nécessiter entre 28,5 et 36,6 milliards de dollars par an d’investissement.

Cela étant dit et pour cette raison, la BAD compte sur des investissements privés pour booster l’agriculture africaine. « Supprimer les obstacles au développement agricole et stimuler les investissements du secteur privé » dans l’augmentation de la productivité agricole, le soutien aux infrastructures, les systèmes agricoles respectueux du climat, pourra donc amener « la production alimentaire de l’Afrique (…) de 280 à 1000 milliards de dollars par an d’ici 2030, ce qui réduirait considérablement la faim » indique la Banque.

Quoi qu’il en soit et à ce stade, il convient d’annoter que le programme de ces trois jours, consacré au sommet Dakar 2, s’est étendu aux tables-rondes présidentielles, aux sessions plénières de haut niveau et aux sessions sur le « Pacte pour la fourniture de produits alimentaires et agricoles ». Et qu’en dénouement, 30 milliards de dollars d’intention de financement ont été exprimés pour accompagner la mise en œuvre des pactes nationaux de souveraineté alimentaire en faveur de 37 pays africains, le Togo y compris.

Previous

Sénégal : « je suis ancrée dans l’opposition », clame haut et fort Aminata Touré

Next

Convention bipartite: la CCI-Togo s’unit à l’ONECCA-Togo pour mieux accompagner les entreprises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]