mardi, juin 18 2024

Même s’il se veut inclusif, le Cojep (Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples), parti de Charles Blé Goudé ne prendra pas part au dialogue. Suspendu depuis un an environ, le dialogue politique en Côte d’Ivoire, annonce de nouveau ses couleurs. En effet, les partis politiques sont conviés à reprendre leurs discussions avec le gouvernement ce mardi 21 décembre 2021.

Rappelons que ce dialogue politique en Côte d’Ivoire était conduit depuis le lundi 21 décembre 2020 par le feu Premier ministre, Hamed Bakayoko. Cette relance des échanges découlait de la démarche d’apaisement amorcée par le président Alassane Ouattara lors de son investiture. A présent, c’est à Partick Achi le nouveau chef du gouvernement ivoirien que revient la lourde responsabilité de mener à bien ce dialogue. En tout, une vingtaine de partis sont attendus pour ce dialogue politique en Côte d’Ivoire.

Le Cojep absent des discussions

Selon Charles Blé Goudé, président du Cojep, son parti a simplement été écarté des discussions. Ceci d’autant plus que sa formation n’a pas du tout été appelé à la table de négociation. « Aucune raison ne nous a été donnée, on n’a même pas été approchés du tout », a-t-il expliqué.

Pour lui, cette situation est un peu dérangeante quand le gouvernement parle d’un dialogue politique qui se veut surtout inclusif. « Nous ne sommes pas invités et nous pensons qu’il faut que ce soit un dialogue inclusif. Il faut ouvrir le dialogue pour que chacun puisse dire ce qu’il a à dire, faire ses propositions. La Côte d’Ivoire a besoin de tous ses fils et de toutes ses filles », a interpellé Charles Blé Goudé.

Un appel au gouvernement

Pour rectifier le tir, le président du Cojep exhorte le gouvernement à revoir sa marge de manœuvre afin que personne ne soit laissé sur le côté. « En tout état de cause, c’est un appel que je lance au gouvernement et aux organisateurs du dialogue politique. La crise est tellement profonde qu’il faut un dialogue inclusif », a-t-il insisté.

Même si Charles Blé Goudé regrette l’absence du Cojep des débats, il salue cependant le principe d’un tel dialogue. Soulignons également que plusieurs sujets cruciaux seront au menu des discussions. Il s’agit entre autres de la libération des prisonniers politiques, du retour des exilés, de la réforme de la Commission électorale indépendante et du code électoral.

Lire aussi: LE DIALOGUE POLITIQUE EN CÔTE D’IVOIRE EN BONNE PROGRESSION

 

El Professor

Previous

Burkina Faso: le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), amorce un nouveau virage

Next

Elections prochaines au Sénégal : les leaders religieux appellent au calme et à la sérénité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]