mardi, juillet 23 2024

Placé en résidence surveillée depuis le 24 janvier dernier, l’ancien président Roch Kaboré a retrouvé les siens. Il a regagné finalement son domicile hier mercredi, après de longues tractations avec les nouvelles autorités du pays. Ce retour à la maison est un grand soulagement pour ses proches. Toutefois, sa liberté reste conditionnée au respect de certaines conditions.

Rappelons que l’ancien président Roch Kaboré a été renversé du pouvoir par un coup d’Etat orchestré par Paul-Henri Sandaogo Damiba. Les militaires lui reprochent surtout son laxisme et l’inefficacité des solutions déployées pour écarter la menace terroriste qui plonge le pays dans une insécurité sans précédente. Alors il était impératif pour eux d’agir pour stopper cette hémorragie et remettre le pays sur les rails.

Une libération de l’ancien président Roch Kaboré sous de fortes pressions

Pour parvenir à ce retour à domicile de l’ancien président Roch Kaboré, il a fallu d’importantes étapes de négociations ci et là avec les militaires au pouvoir. C’est-à-dire que des concertations ont été initiées depuis plusieurs semaines pour faciliter le retour de Roch Kaboré dans une résidence familiale de son choix.

La pression de la communauté internationale, exigeant sa libération inconditionnelle et sans délai a également fortement contribué à cela. Les discussions directes sur le sujet, menées par une délégation de la Cédéao a également joué un rôle déterminant.

Selon des sources proches de l’ancien président Roch Kaboré, il serait bien portant et très ravi de se retrouver dans un espace bien connu. Il s’agit notamment d’un de ses domiciles sis au quartier de la Patte d’oie.

Lire aussi:  BURKINA FASO : LE PREMIER MINISTRE ALBERT OUÉDRAOGO DÉVOILE SA FEUILLE DE ROUTE

Une sécurité adaptée

Même s’il semble à première vue qu’une bataille vient d’être gagnée avec la libération de l’ancien président Roch Kaboré, ce n’est pas encore fini. Il n’est toujours pas libre de ses mouvements. En clair, sa condition n’a pas véritablement changé. Il demeure toujours sous résidence surveillée.

Pour preuve, sa nouvelle résidence est gardée par des militaires. D’après les explications fournies par les autorités, c’est pour garantir sa sécurité. Mais on peut entrevoir plutôt, une captivité jusqu’à dénouement complet de la situation du pays. En bref, un total retour à l’ordre constitutionnel. En ce sens, il ne sera plus une menace pour les militaires au pouvoir.

Pour le moment, seule la famille a accès à sa personne. Pour ce qui est du reste, une autorisation préalable des nouvelles autorités est requise. Est-ce la fin politique de l’ex-président Burkinabè ? Il est encore trop tôt pour se prononcer.

 

El Professor

Previous

Famine en Afrique de l’ouest : la FAO alerte sur une grave crise alimentaire

Next

Crise alimentaire en Afrique : la communauté internationale se mobilise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]