samedi, février 24 2024

Acculés de tous côtés, les militaires au pouvoir ont fort à faire pour mener à bien la transition. Cette fois ci, c’est avec une croissance malienne en chute libre qu’ils sont devoir composer. C’est la triste nouvelle annoncée une note de la Banque mondiale.

Ledit document a été rendu publique le week-end dernier et est intitulé « Renforcer la résilience en période d’incertitude ». D’après ce rapport, la croissance malienne devrait stagner en 2022. Cette chute continue serait liée à plusieurs facteurs. Par conséquent si rien n’est fait, les perspectives économiques pour le Mali pourrait passer drastiquement en négatif. Et ce sont les populations qui vont davantage en souffrir.

Une croissance malienne en négatif liée à l’insécurité

Selon la Banque mondiale, la croissance malienne est stagnante ces dernières années à cause de l’insécurité principalement. Et la multiplication des violences dans tout le pays le prouve. Les attaques terroristes se font récurrente malgré les offensives menées contre les groupes terroristes.

Entre 2012 et 2018, la crise a coûté 23 % du produit intérieur brut (PIB) du Mali. Pire encore les zones agricoles productives et bénéfiques pour le pays comme le centre sont confrontées à l’insécurité. Et cette violence se fait contagieuse dans plusieurs localités du pays. A cela s’ajoute les changements climatiques qui affectent les productions agricoles.

Lire aussi : MALGRÉ LES TENSIONS, L’UE REPREND SON APPUI FINANCIER AU MALI

Autres facteurs importants

Outre, l’insécurité actuelle dans le pays, la croissance malienne est aussi affectée par les récentes sanctions. Notamment celles économiques prises par la Cédeao contre la junte au pouvoir.

A ce rythme ou évoluent les choses au Mali, si les sanctions ne sont pas levées dans les mois à venir, le pire pourrait advenir. C’est-à-dire que le pays pourrait replonger en récession. Surtout si les sanctions économiques de la Cédéao sont encore maintenues sur deux trimestres ou plus, estime la Banque mondiale.

Est aussi pointé dans dette dégradation de la croissance malienne, la priorisation des dépenses militaires au détriment de celles de développement. En dix ans, les premiers ont doublé par rapport au second. Les finances des collectivités locales en subissent les effets.

 

El Professor

Previous

Pluies diluviennes en Afrique du Sud : des centaines de personnes forcées à quitter leur foyer

Next

Somalie : Abshir Aden Ferro appelle à l’unité nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]