jeudi, février 29 2024

Depuis la récente guerre au Soudan, les populations luttent sérieusement pour préserver leur vie. Nombreux sont-elles à être pris au piège des intenses combats entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhan et les Forces de soutien rapide (FSR) du général Hemedti. Les plus chanceux ont réussi à trouver refuge dans les pays voisins. Mais sans un soutien humanitaire conséquent, elles ne pourraient survivre.

Avec l’éclatement de ce nouveau conflit entre les deux forces militaires du pays, les morts se comptent par milliers. Les différents cessez le feu n’ont vraiment pas été respecté par les parties en présence. Alors cette guerre au Soudan ne cesse de ravager davantage le pays déjà très pauvre et fragilisé par les nombreux conflits. Par conséquent, il faut stopper l’hémorragie le plus vite avant que le pays ne s’enlise dans la violence.

Une ravageuse guerre au Soudan

Plus de quatre mois après le début de cette guerre au Soudan, le nombre de déplacés continue d’augmenter. Environ plus de quatre millions de personnes ont été poussés à fuir la capitale Khartoum. Ce qui traduit manifestement une difficulté de la communauté internationale à stabiliser voire à régler ce conflit. Malheureusement les paisibles populations sont embarquées dans cette spirale infernale de tensions armées.

Pire encore, la situation humanitaire est de plus en plus précaire et fragile, et l’accès aux populations déplacées reste difficile. « La souffrance humaine ne fait que continuer. L’impact est énorme sur les populations civiles. Il faut redoubler d’efforts pour que ce conflit s’arrête. Nous voyons malheureusement une incapacité à arrêter le conflit », Mamadou Dian Balde, directeur régional du HCR, le Haut-commissariat aux réfugiés.

Et d’interpeller, « en attendant que la paix revienne, nous lançons aussi un appel aux donateurs afin qu’ils nous assistent pour que nous puissions alléger les souffrances subies ».

Lire Aussi : AFRIQUE : LES COUPS D’ÉTAT, SYMPTÔMES D’UNE FRAGILITÉ POLITIQUE ?

Des besoins énormes

Quand bien même les Nations unies ou des ONG tentent de venir en aide aux populations réfugiées, les besoins sont énormes. Et sur le terrain, il y a de nombreuses contraintes pour aider à soulager ces populations comme il se doit. Ceci dit, les choses doivent se faire avec une plus grande célérité.

« Les besoins que nous voyons sont des besoins énormes. J’ai visité un poste de santé aujourd’hui à huit kilomètres de la frontière avec le Sud-Soudan. Il abrite des Soudanais, il abrite des réfugiés qui étaient déjà à Khartoum, c’est juste inimaginable. Ces gens-là sont frustrés. Il nous faut juste répondre à un niveau qui est en adéquation avec les besoins que nous constatons », a indiqué Mamadou Dian Balde.

Et de préciser, « le Soudan fait face à l’une des situations les plus difficiles qu’il a connu depuis son indépendance en 1956. Nous espérons qu’ils vont rapidement pouvoir tourner la page, même si, malheureusement, les décideurs politiques ne le font pas ».

Lire Aussi : GUERRE AU SOUDAN : « IL FAUT AIDER MAINTENANT », INTERPELLE LAURA LO CASTRO

 

Tony A.

Previous

Bolloré : Une odyssée africaine dans les ports et les couloirs du pouvoir

Next

15ème sommet des BRICS : Vers une révolution économique et géopolitique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]