jeudi, février 29 2024

Comme plusieurs autres pays en Afrique, le Gabon n’est pas épargné par le nouveau virus du moment qu’est la flambée des prix. Pour soulager ses populations et leur permettre de tenir dans cette période difficile de vie chère, des solutions de soulagement ont été prises par les autorités.

Concrètement, pour éviter une intense flambée des prix, une importante enveloppe a été consacrée par l’Etat gabonais. Elle aura pour finalité d’aider les populations à pouvoir s’offrir comme d’habitude des produits de première nécessité. Et Pour ce faire, le Gabon a décidé de plafonner les prix.

Une subvention contre la flambée des prix

Selon les explications fournies par madame le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, la subvention contre la flambée des prix concerne plusieurs produits. Il s’agit notamment des produits pétroliers, de même que les denrées alimentaires.

« Aujourd’hui, l’Etat subventionne le prix du carburant à la pompe. Nous sommes à près de 47 milliards de francs CFA que l’Etat subventionne dans le cadre des prix à la pompe, justement », a indiqué Rose Christiane Ossouka.

Ceci dit, sans cette subvention, le prix de l’essence aurait été sacrément cher et difficilement accessible pour les citoyens. C’est-à-dire que le prix de l’essence couterait 900 francs CFA le litre au lieu de 605 francs CFA actuellement grâce à la subvention.

Lire aussi: GABON : GRINCEMENT DE DENTS AUTOUR DE L’AUGMENTATION DU PRIX DU PAIN

Eviter les remous sociaux

Pour le gouvernement, la démarche entamée vise surtout à permettre une stabilisation des prix afin d’éviter les tensions sociales. Aussi à un an de la prochaine élection présidentielle, il est primordial de maintenir un certain équilibre minimal pour les populations. Vu que la flambée des prix touche presque tous les secteurs et le pouvoir d’achat des gabonais est sérieusement menacé.

« Nous essayons de faire le juste milieu pour que les conséquences sur l’économie gabonaise n’annihile pas le pouvoir d’achat des ménages », a fait savoir madame le Premier ministre. Elle estime que cela pourrais stopper au plus vite l’effet domino que pourrait provoquer cette flambée des prix.

 

Sandrine A

Previous

Burkina Faso : le Premier ministre Albert Ouédraogo dévoile sa feuille de route

Next

Famine en Afrique de l’ouest : la FAO alerte sur une grave crise alimentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]