jeudi, juin 13 2024

Au Togo, le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, a lancé l’évaluation du système de gestion des finances publiques. C’était ce 17 mai, à la faveur d’une cérémonie à laquelle a assisté Joaquín Tasso Vilallonga, chef de la Délégation de l’Union Européenne au Togo qui appuie l’évaluation.

“Le présent événement revêt une importance capitale pour notre pays, eu égard à la nécessité de faire cet exercice en vue d’apprécier les progrès accomplis depuis 2016, d’identifier des faiblesses et les nouveaux enjeux afin d’actualiser le plan d’actions des réformes des finances publiques pour les années futures”, a t-il lancé au début de la cérémonie.

Une nouvelle évaluation des finances publiques avec la méthodologie PEFA

Notons que cette évaluation du système de gestion des finances publiques du Togo, sera réalisée sur la base de la méthodologie PEFA. Une méthodologie décrivant l’environnement économique du secteur public et examinant la nature de la stratégie et de la programmation des politiques. Elle analyse aussi comment les décisions budgétaires sont appliquées.

Cette évaluation couvrira les exercices 2018-2020. Elle devrait, selon les indications officielles, permettre d’assainir davantage la gestion des finances publiques. Et ce dans la perspective de la mise en œuvre des projets portés par le Togo et contenus dans la Feuille de route gouvernementale 2025.

Lire aussi : AU TOGO, LE PARLEMENT ACTE LA RÉFORME DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU TOGO (CCIT)

Une méthodolgie à 360 degré

En rappel, la méthode PEFA choisie pour réalisée cette évaluation avait déjà été utilisée par le gouvernement du Togo. En effet, comme l’indique Sani Yaya, “la dernière évaluation de la performance de la gestion des finances publiques selon la méthodologie PEFA remonte en 2016. Cette évaluation a été suivie d’une revue PEMFAR (Public Expenditure Management and Financial Accountability Review)”.

“L’exploitation des résultats de ces revues a permis d’établir le plan d’action 2017-2021 sur la base d’une actualisation du plan d’action précédent. La prise en compte de nouveaux enjeux en matière de gestion moderne des finances publiques a permis la mise en œuvre des directives portant cadre harmonisé de gestion des finances publiques au sein des Etats membres de l’UEMOA qui traduit la gestion axée sur les résultats. Un des changements majeurs est le fait que le Togo a basculé au budget programme depuis janvier 2021”, a t-il ajouté.

 

Klétus Situ

Previous

Au Togo, le parlement acte la réforme de la chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT)

Next

Projet de grande muraille verte en Afrique : où en est-on ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]