jeudi, juin 13 2024

Au Sénégal tout comme en France se prendront ce jeudi 16 mars 2023 de grandes décisions. Celles-ci auront assurément de grandes incidences sur la stabilité sociale, politique et même économique de ces pays. Que se passera-t-il au cours de cette journée ? Va-t-on basculer dans un nouveau chao avec des manifestations et tensions continuelles dans les rues ? Les interrogations se font criardes ici ou là sur les enjeux.

Dans le pays de Macky Sall, ce 16 mars, Ousmane Sonko, le leader du Pastef et figure majeure de l’opposition sénégalaise est attendu au tribunal correctionnel de Dakar. Il est accusé d’avoir diffamé Mame Mbaye Niang, le ministre du Tourisme, sur le motif d’un prétendu détournement de fonds. Malheureusement, à quelques mois de la présidentielle de 2024 l’opposant Sonko joue son avenir politique.

Au pays d’Emmanuel Macron, les enjeux sont aussi tout important. En effet, la réforme des retraites, a été soumise dans la matinée au vote du Sénat qui sans surprise l’a adopté. A l’Assemblée nationale qu’en serait-il ? Les présidents Maky Sall et Macron vont-ils pouvoir maintenir paix et sécurité dans leurs pays ? Le suspense reste de mise sur ce jeudi rouge.

Des risques de violences et un sérieux blocage politique

Pour Ousmane Sonko, l’issue de ce procès pour diffamation intenté par Mame Mbaye Niang contre lui, serait révélateur. Car il pourrait entraver sa carrière politique. Ceci dans la mesure où une condamnation subvenait, sa candidature pour la prochaine présidentielle serait menacée. Selon les textes électoraux sénégalais, il serait inéligible s’il est condamné à plus de trois mois d’emprisonnement ferme ou à plus de six mois avec sursis dans l’un de ces dossiers en cours contre lui.

Il est également évident de ressortir qu’en cas de condamnation de l’opposant, le pays pourrait s’embraser à nouveau. Rappelons qu’en mars 2021, la convocation d’Ousmane Sonko dans le cadre de l’affaire Adji Sarr avait déclenché de violentes manifestations. Ces dernières ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre, et ont fait quatorze morts et ébranlé le pouvoir du chef de l’État sénégalais.

Notons aussi que ces derniers jours des manifestations ont eu lieu à Mbacke, Saint-Louis, Ziguinchor, Bignona, Podor, Thiès, ou encore à Dakar. Les manifestants de l’opposition dénoncent surtout une instrumentalisation de la justice par le parti au pouvoir.

Lire Aussi :  FLINTLOCK 2023 : UN EXERCICE MILITAIRE POUR MIEUX LUTTER CONTRE LA MENACE TERRORISTE

Une légitimité vacillante au parlement à voir les enjeux

Selon Nathalie Saint-Cricq, journaliste, plusieurs enjeux sont prévisibles. C’est-à-dire que si le texte faisait l’objet d’un vote à l’Assemblée et n’était pas adopté, il serait difficile pour le président Macron de même que le gouvernement de continuer leur marche. Ceci dit qu’on se dirigerait « vers une dissolution » de l’hémicycle.

Dans la seconde hypothèse, si le gouvernement finissait par avoir recours à l’article 49.3 pour faire passer son texte à l’Assemblée, cela prouverait en revanche que le gouvernement « n’est pas capable d’avoir la légitimité du Parlement ». Ce qui va confirmer la mauvaise posture.

Et comme on pouvait s’y attendre le président Macron a choisi d’engager l’article 49.3 de la Constitution. Par conséquent, de nombreux rassemblements s’organisent ce jeudi soir 16 mars dans tout le département de Loire-Atlantique, à l’appel de l’intersyndicale.

 

El Professor

Previous

Flintlock 2023 : un exercice militaire pour mieux lutter contre la menace terroriste

Next

Justice à Madagascar : la nouvelle Garde des Sceaux accusée d‘ingérence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]