samedi, février 24 2024

A 26 jours des élections 2023 au Gabon, l’opposition et plusieurs autres acteurs majeurs de la scène politique ne sont du tout pas satisfaits du processus électoral en cours. Alors ils exigent un arrêt dudit processus. Selon eux, plusieurs raisons évidentes soutiennent leur posture et attentes. Quelles sont-elles ?

Pendant ce temps, le gouvernement est à pied d’œuvre pour garantir aux citoyens des élections transparentes, libres et crédibles. Il faut le rappeler, les élections 2023 au Gabon sont selon la constitution attendues le 26 août prochain. De manière couplées, les gabonais seront conviés aux urnes pour la présidentielle, les législatives et les locales qui se tiendront le même jour.

Un report pur et simple des élections 2023 au Gabon

D’après plusieurs acteurs de la société civile, des sages, ainsi que des partis politiques de l’opposition, il y a une mauvaise mise en route du processus électoral. Ils estiment surtout que cette situation aura assure1ment un impact dans le bon déroulé de ces élections 2023 dans le pays. Car il qu’il reste très peu de temps pour organiser trois scrutins simultanément le même jour. Alors il y a de quoi s’inquiéter véritablement.

« Le Coted exhorte le CGE (Centre gabonais des élections) à penser Gabon d’abord, en reportant les élections couplées de 2023 à une date ultérieure, permettant ainsi l’instauration d’une transition », a exprimé Georges Bruno Ngoussi, président de Consortium de la société civile pour la transparence électorale. D’autres sont plus virulents et demandent une transition de trois ans.

Lire Aussi :  PRÉSIDENTIELLE 2023 AU GABON : LA LISTE DES CANDIDATS RETENUS DÉSORMAIS CONNUE

Un gouvernement bel et bien serein

« Le gouvernement de la République mettra tout en œuvre afin de garantir la tenue d’élections démocratiques, inclusives et crédibles dans le respect de la Constitution et les lois et règlements de l’État », rassure jusque-là le Premier ministre, Alain Claude Bilie By Nze. Les élections 2023 au Gabon se tiendront dans les délais initialement requis.

Aussi, selon Lambert Noël Matha, ministre de l’Intérieur, les elections 2023 au Gabon connaissent déjà un engouement particulier. Cela est nettement visible un accroissement du nombre des électeurs. « Le collège électoral s’élève à 846 822 électeurs, une augmentation de 158 120 nouveaux électeurs », a-t-il indiqué.

Soulignons-le, le président sortant Ali Bongo, est en course pour un troisième mandat.

Tony A.

Previous

Lourdes sanctions contre Niamey : quels impacts sur les putschistes ?

Next

Présidentielle 2023 au Gabon : Qui sera le candidat unique de l’opposition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]