jeudi, février 29 2024

Au Cameroun, les droits humains sont de plus en plus en régression. Et cela ne peut rester sous silence. C’est ce qu’a poussé un collectif d’ONG à tirer une fois de plus, la sonnette d’alarme. Car il y a vraiment de quoi s’inquiéter. De manière globale, l’écart entre les engagements du Cameroun sur les questions de droits de l’Homme et les pratiques sur le terrain est énorme.

Selon le collectif, l’année 2022 au Cameroun a été profondément marquée par de nombreuses violations des droits de l’homme. On peut citer entre autres des cas de détentions et arrestations arbitraires, des différents meurtres, de même que les enlèvements. Aussi, par ces violences, les défenseurs des droits de l’Homme sont de plus en plus visés. Ce qui ne leur pas du tout la tâche aisée sur le terrain.

Lire Aussi : MENACE TERRORISTE AU TOGO : LE PAM APPORTE SON SOUTIEN AUX POPULATIONS

Des droits de l’Homme bafoués au quotidien

Pour, Philippe Nnanga, de l’ONG Un Monde avenir, il n’est pas de jour ou les droits humains ne sont pas bafoués au Cameroun. Pour preuve, on en dénombre pour le compte de l’année 2022, 1759 cas de violences et de violations des droits humains. Pour ce qui est des violences basées sur le genre, on en relève 28 cas. Ce qui témoigne naturellement de l’ampleur du phénomène.

Dans le pays de Paul Biya, les conditions de détention laissent également à désirer. Et les cellules des commissariats et des gendarmeries sont des lieux où les droits de l’homme sont constamment violés. « La cellule, dans les gendarmeries et la police, est un lieu de torture. Quand vous entrez dans une cellule dans un commissariat, vous restez debout, il n’y a pas de toilettes. Faites le tour et si vous connaissez une seule cellule où on a prévu des bancs : ça n’existe pas », s’est indigné Philippe Nnanga.

Selon le rapport du collectif d’ONG, présenté devant la presse et des diplomates, de graves atteintes aux droits humains ont été commises dans la région de l’Extrême-Nord par les groupes terroristes. Les paisibles populations ont été victimes d’homicides, d’enlèvements, des pillages et des incendies.

 

El Professor

Previous

Menace terroriste au Togo : le PAM apporte son soutien aux populations

Next

Crise humanitaire en RDC : 24,6 millions de personnes dans le besoin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]