jeudi, février 29 2024

Ce lundi 27 juin 2022, se tient au tribunal de grande instance de Dakar, le procès de deux députés de l’opposition. Il s’agit de Déthié Fall, mandataire de la coalition Yewwi Askan Wi, et Mame Diarra Fam. Depuis le 20 juin, ils ont été placés sous mandat de dépôt pour attroupement non armé, rassemblement illicite et dégradation de biens d’autrui.

Rappelons que les deux députés de l’opposition avaient été arrêtés le vendredi 17 juin. C’était lors d’une manifestation de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi, interdite par la préfecture. Le rassemblement visait à protester contre l’invalidation de sa liste nationale pour les législative du 31 juillet. Malheureusement, des heurts ont eu lieu et trois personnes sont mortes à Dakar, Bignona et Ziguinchor. Alors ces députés de l’opposition en sont tenus responsables.

Des députés soutenus

Le procès des députés de l’opposition s’est tenu dans une salle bondée. Plusieurs citoyens ont tenu à manifester leur soutien indéfectible aux accusés. Alors un important dispositif de force de l’ordre a été instauré dans le palais de justice et ses alentours. Ceci afin d’éviter tout débordement.

Les députés mis en cause ont également été épaulés par la présence de plusieurs leaders de la coalition Yewwi Askan Wi. C’est le cas notamment de la députée Aida Mbodj, Khalifa Sall, ancien maire de Dakar, ou encore l’opposant Ousmane Sonko. En tout, ils sont 84 prévenus à être jugés lors de cette audience.

Lire aussi : CONCERT DE CASSEROLES AU SÉNÉGAL : « L’OPPOSITION A INVENTÉ CE SYSTÈME POUR S’AMUSER », LANCE OUMAR GUÈYE

Des accusations rejetées

Durant le procès la position des accusés a été claire. Ils nient en bloc les faits qui leurs sont reprochés. Ils estiment surtout n’avoir exercé que leur droit. De ce fait, ils ne sont que des otages politiques. Alors ils devraient rapidement recouvrer leur liberté selon la coalition d’opposition.

« J’ai introduit la déclaration de manifestation au niveau de la préfecture de Dakar qui l’a interdite. Et j’ai été enlevé devant le siège de mon parti », a laissé entendre Dethie Fall, mandataire de Yewwi Askan Wi. Et de renchérir « nous sommes au Sénégal, le droit de manifester est inscrit dans la Constitution ».

« Quand on viole la loi, on doit en subir les conséquences », avait affirmé de son côté, le ministre de la Justice. « Ce n’est que le droit qui sera dit, quelles que soient les circonstances », a assuré pour sa part, le président du tribunal.

 

El Professor

Previous

Terrorisme au Bénin : le commissariat de Dassari pris pour cible par un groupe armé

Next

Trafic de cocaïne en Afrique de l’ouest : les pays côtiers plus vulnérables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]