dimanche, juillet 21 2024

Au Sénégal, c’est en grand nombre que les populations ont suivi le concert de casseroles lancé par l’opposition. Cette dernière, a surtout entamé depuis quelques semaines, un sérieux bras de fer avec le pouvoir en place. Et pour cause, le rejet de la candidature des principales têtes de liste de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi.

En principale ligne de mire, l’opposant Ousmane Sonko. Celui-ci a vu sa candidature invalidée pour les législatives du 31 juillet. Alors l’invitation des populations à adhérer au concert de casseroles constitue un acte fort de protestation. Dans tout le pays, à coup de klaxons ou de casseroles, les populations ont fait un maximum de bruit. Toutefois, l’acte est diversement apprécié que l’on soit du bord de l’opposition ou du parti au pouvoir.

Concert de casseroles, un moyen de pression

Comme convenu, les habitants de plusieurs localités du pays ont observé le mot d’ordre lancé par l’opposition. Munis de poêles, de marmites ou de casseroles, mercredi dernier, à 20h, heure locale, les sénégalais on fait entendre leur voix. Au-delà des bruits produits, sur certains ustensiles on pouvait aussi lire « Non à la dictature ».

Quoi qu’il en soit, pour l’opposition le concert de casseroles a porté ses fruits. Ceci du fait que c’est une action pacifique. Et ils ne sont pas prêts à baisser les bras de sitôt. L’objectif premier visé est d’envoyer un message de mécontentement à Macky Sall. Aussi, il est question d’attirer l’attention des communautés nationale et internationale sur les dérives du pouvoir actuel.

« Le fait de rester chez soi et de protester de cette manière-là offre beaucoup plus de possibilité aux gens de se prononcer et participer. Du point de vue de l’image, cela pourrait avoir un impact considérable », a souligné Jean-Charles Biagui, enseignant chercheur en sciences politiques.

Lire aussi : MANIFESTATION AU SÉNÉGAL : L’OPPOSITION LANCE UN SÉRIEUX AVERTISSEMENT À MACKY SALL

Un jeu d’enfant de l’opposition

Pour le porte-parole du gouvernement Oumar Guèye, la démarche de la coalition d’opposition est puérile. Même si cette forme d’expression semble nouvelle, elle est plus assimilable à un divertissement que tout autre chose. Alors les populations, ne devraient pas se laisser embarquer dans de telles comédies.

« Après avoir échoué lamentablement en termes de mobilisation pour demander aux populations de sortir massivement, l’opposition a inventé ce système pour s’amuser. Ce n’est pas une désobéissance civile », a laissé entendre Oumar Guèye.

Ousmane Sonko pour sa part estime que le concert de casseroles n’est pas terminé. C’est-à-dire que bras de fer avec le pouvoir se poursuit. Une nouvelle manifestation est même prévue pour le 29 juin. « Nous ne sommes pas là pour faire la fête », a-t-il indiqué.

 

El Professor

Previous

Echanges commerciaux : les Etats unis prônent un nouveau partenariat avec l’Afrique

Next

Prochaines élections au Mali : le colonel Goïta sera-t-il candidat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Partenariat de poids : La Turquie et le Niger renforcent leurs liens stratégiques

Investigateur Africain

Avec la visite d’une forte délégation turque à Niamey le mercredi 17 juillet 2024, le Niger et la Turquie ont montré leur volonté de renforcer leurs relations bilatérales. Cette délégation, comprenant des ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Énergie et du Renseignement, a rencontré le chef du Conseil National pour le Salut du […]

dozos : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Scandale au Mali : Pratique de cannibalisme parmi les forces armées ?

Investigateur Africain

Des pratiques dozos dans l’armée malienne ? Depuis le mardi 16 juillet 2024, une vidéo perturbante fait le tour des réseaux sociaux au Mali. On y voit un homme en uniforme militaire malien, arborant clairement les insignes des Forces armées maliennes (Fama), en train d’éventrer un cadavre pour en extraire et manger le foie. Les […]

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Crise gouvernementale au Kenya : le président Ruto en difficulté après le remaniement

Investigateur Africain

Une semaine après avoir dissous son gouvernement, le président Ruto William du Kenya se retrouve dans une impasse politique croissante alors qu’il peine à former un nouveau cabinet ministériel. Malgré ses promesses d’un gouvernement élargi et d’un dialogue national inclusif, peu de volontaires se manifestent pour collaborer avec son administration intérimaire. Chris Kinyanjui, secrétaire général […]