mercredi, février 28 2024

A l’issue du Conseil des Ministres, du mercredi 13 avril 2022, les ivoiriens ont été surpris par la démission de Patrick Achi, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement. C’était au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence du chef de l’Etat Alassane Ouattara.

Quelles sont les raisons ayant motivé la démission de Patrick Achi ? Quels pourraient être les effets de cette démission sur la scène politique ivoirienne ? Soulignons que la démission de Patrick Achi, a été acceptée par le président Alassane Ouattara. Il entend procéder dès la semaine prochaine, à la nomination d’un nouveau Premier Ministre. Toutefois, le nombre de Ministres du futur Gouvernement sera réduit compte tenu de la conjoncture économique mondiale et de la nécessité de réduire les dépenses de l’Etat.

Une démission de Patrick Achi pas trop surprenante

Pour bon nombre d’observateurs politique, la démission de Patrick Achi était prévisible. Elle était attendue depuis décembre et surtout au début de l’année 2022. La longue attente de sa démission a même fait croire à certain que l’idée de remaniement était abandonnée. Mais au final, elle a été concrétisée par le chef de l’État.

« Ce n’était pas vraiment une surprise. Depuis le début de l’année 2022, les observateurs de la scène politique ivoirienne s’attendaient à un remaniement ministériel », a expliqué Geoffroy-Julien Kouao, politologue et essayiste. Tout compte fait, le travail du premier ministre Achi a été vivement apprécié dans cette période complexe.

« Tout au long de l’année écoulée, en dépit des conditions particulières liées à la pandémie (de Covid-19) et d’un contexte sécuritaire régional complexe, vous avez fait preuve d’engagement et de détermination », a laissé entendre le président Ouattara.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE: LE PREMIER MINISTRE PATRICK ACHI CITÉ DANS LES PANDORA PAPERS

Préparatif des futures échéances électorales

Selon Geoffroy-Julien Kouao, le RHDP d’ Alassane Ouattara commence d’ores et déjà à affuter ses armes pour les futures échéances électorales. Il s’agit entre autres les municipales en 2023, et surtout les élections électorales en 2025. Alors la démission de Patrick Achi, s’est faite sur la base d’un nouveau calcul politique.

« Je pense qu’Alassane Ouattara est dans la dynamique de transmettre le pouvoir à une nouvelle génération. Patrick Achi sera certainement nommé la semaine prochaine devant le Congrès avec l’accord des parlementaires vice-président de la République. Évidemment, cela fait de lui le dauphin présidentiel en cas de vacance du pouvoir », a indiqué Geoffroy-Julien Kouao.

Parmi les potentiels remplaçants de Patrick Achi, sont cités les noms comme Abdourahmane Cissé, Fidèle Sarassoro et Madame Nialé Kaba.

 

El Professor

Previous

Crise alimentaire en Afrique : la communauté internationale se mobilise

Next

Economie : le Groupe Ecobank annonce de solides résultats pour l'exercice 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]