vendredi, mars 1 2024

Au cœur de la vie quotidienne en Tunisie, un produit essentiel cristallise soudainement les tensions, mettant en lumière les défis économiques et politiques auxquels le pays est confronté. Le pain, symbole universel de subsistance, est devenu le pivot d’une crise qui a pris une tournure inattendue. Tout a commencé avec une simple déclaration du président de la République, le 27 juillet dernier, exprimant le désir de mettre à la portée de tous les Tunisiens un pain subventionné.

Mais depuis lors, une série d’événements tumultueux a agité les boulangeries qualifiées de « modernes » ou « non classées ». La suspension de leur production a fait éclater au grand jour des problématiques complexes liées à la production de pains spéciaux et à la perception des subventions. Comment une simple initiative a engendré un débat passionné et révélé des enjeux économiques et sociaux profonds en Tunisie ? Quels sont les liens entre la politique et les préoccupations alimentaires de la nation ?

Un pain unique pour tous les tunisiens

Ces derniers mois en Tunisie, les boulangeries traditionnelles qui vendent le pain à 190 millimes manquent cruellement de la farine de blé. Alors des queues interminables se forment devant les boulangeries avec des populations désirant acquérir absolument du pain. Selon le président Kaïs Saïed, cette situation de pénurie est provoquée par une forte spéculation exercée par les boulangeries modernes. Celles-ci sont estimées à environ 1500 dans le pays

« C’est fini aujourd’hui, pour ceux qui veulent vendre du pain non classé. Des mesures doivent être prises pour fournir du pain à tous les tunisiens », a-t-il déclaré dans une vidéo. Il faut souligner que ces boulangeries dites modernes ont été autorisées a1 acheter certains quotas de la farine subventionnée après la révolution de 2011.

Lire Aussi : NIGER : COMMENT LES SANCTIONS INTERNATIONALES AFFECTENT-ELLES L’ÉCONOMIE ? 

Entre colère et mécontentement

Pour les boulangeries non classées, cette situation est difficile a2 supporter et extrêmement paralysante. « Nous nous trouvons sans revenu. 1500 boulangeries qui emploient 6 à 7 ouvriers chacune sont ferme1es », a dénoncé Abdelbeki Abdellawi. Il craint une vague de licenciement à venir et des artisans en prison faute de moyens pour rembourser leurs crédits ou loyers.

200 boulangers-pâtissiers tunisiens ont donc entamé un sit-in pour dénoncer la décision leur privant de farine de blé subventionnée. « Nous faisons un sit-in par ce qu’on nous a interdit d’exercer notre activité ordinaire qui est la production de baguette », a laissé entendre Mohamed Jamali, président du Groupement des boulangeries modernes. Pour M. Ezzedine Saidane, « ce n’est pas en imposant un prix unique pour le pain que le problème sera résolu »

Selon plusieurs économistes comme Saidane, « C’est l’État qui n’a pas acheté assez de céréales. Il n’y a donc pas assez de farine et donc de pain, à cause d’une crise des finances de publiques qui n’avoue pas. En clair, il s’agit d’un manque d’approvisionnement du marché en farine subventionnée par l’Etat.

 

Sandrine A.

 

Previous

Fin de l’ultimatum au Niger : la CEDEAO dans l’impasse

Next

Chenilles Makongos en Vedette : découvrez la tendance culinaire de la saison en Centrafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]