jeudi, février 29 2024

Frappé par un coup d’État le 26 juillet, l’actuelle crise au Niger constitue un bouleversement politique dans la sous-région ouest africaine. Alors les tractations diplomatiques se succèdent pour trouver une issue positive à ce renversement de régime. Pendant ce temps, le régime militaire issu de ce coup d’État a annoncé la formation d’un gouvernement à Niamey, dirigé par le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine, avec un total de 20 ministres.

Cependant, il faut souligner que cette annonce intervient peu avant un sommet majeur à Abuja. Au cours de cette rencontre, les dirigeants ouest-africains discuteront des mesures à prendre pour rétablir le président renversé, Mohamed Bazoum. L’instance sous régionale va-t-elle pouvoir parvenir à la résolution de la crise au Niger ?

Gouvernement Intérimaire malgré la crise au Niger

Pour le régime militaire en place depuis le coup d’État, la formation d’un gouvernement revêt une importance stratégique. Et les bons pions sont placés où il faut. Les ministres de la Défense et de l’Intérieur sont occupés par des généraux du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), à savoir le général Salifou Mody et le général Mohamed Toumba.

Dans l’élan de cette crise au Niger, ce gouvernement nouvellement formé pourrait être perçu comme un signe de défi envers les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui se réunissent également.

La CEDEAO, l’Union africaine (UA) et les Nations unies ont fait des tentatives diplomatiques pour résoudre la crise au Niger. Cependant, les dirigeants du coup d’État ont empêché une délégation conjointe de se rendre à Niamey. Les chefs d’état-major de la CEDEAO se sont également réunis pour discuter des options d’une éventuelle intervention militaire.

Lire Aussi :  PUTSCH AU NIGER : LA FUNESTE PRÉDICTION D’ALKACHE ALHADA POUR L’AFRIQUE TOUTE ENTIÈRE

Appel à la diplomatie et les stakes régionaux

Le président de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, a souligné l’importance de bannir les coups d’État dans la région. Selon lui, la Cedeao joue son existence après les putsch au Mali, en Guinée et au Burkina Faso depuis 2020. La CEDEAO se trouve dans une position cruciale, ayant le soutien des puissances occidentales telles que les États-Unis et la France.

Les États-Unis ont, de leurs côtés, exprimé leur préoccupation concernant les conditions de détention du président renversé, Mohamed Bazoum. Soulignons que ce dernier est détenu dans sa résidence présidentielle depuis le coup d’Etat du 26 juillet. La diplomatie américaine a tenté des pourparlers à Niamey, mais des difficultés ont émergé dans ces discussions.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a lui aussi exigé la libération du président déchu tout en dénonçant « les déplorables conditions dans lesquelles vivraient le président Bazoum et sa famille ». Le régime actuel au Niger a également émis des accusations contre la France et la CEDEAO, les accusant d’interférences. Les tensions restent vives dans la région, avec des enjeux complexes et des défis diplomatiques.

 

Steven Edoé Wilson

Previous

MEDIATION AU NIGER : POURQUOI LA JUNTE EST-ELLE EN PHASE AVEC LE PRESIDENT TOGOLAIS ?

Next

Instabilité politique : Voici les véritables racines du mal au Niger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]