jeudi, juin 13 2024

Comment soulager au mieux le panier de la ménagère au Gabon ? C’est la préoccupation majeure qui a poussé les autorités à procéder au lancement ce mardi 11 avril 2023, des assises nationales sur la vie chère au Gabon. A travers cette initiative, le ministère de la Consommation et de la Vie chère entend trouver des solutions adéquates à la situation.

Pour ce faire, des réflexions en profondeur seront menées avec les différents acteurs ou participants de ces assises nationales sur la vie chère au Gabon. Le gouvernement espère ainsi parvenir très bientôt à une maîtrise des coûts de produits de première nécessité et de consommation courante. Des ateliers sur différents domaines, seront organisés afin d’y parvenir.

Des assises nationales pour soulager la vie chère au GABON

Durant les trois jours que vont durer les assises nationales sur la vie chère au Gabon, les réflexions intenses portées sur l’atteinte de la maîtrise de la cherté de la vie à Libreville mais également dans l’hinterland. Par conséquent les échanges porteront sur la restauration, la santé et l’éducation, l’alimentation, le logement et la construction, le transport, la parafiscalité et fiscalité.

« Ces assises nationales ambitionnent également de ramener les prix de produits de première nécessité et de consommation courante à des niveaux appréciables », a expliqué le porte-parole du gouvernement, Yves Fernand Manfoumbi. C’est dans cette optique que l’atelier grandeur nature a d’ailleurs été ouvert à la société civile ainsi qu’aux partenaires au développement, aux opérateurs économiques.

Lire Aussi :  VIE CHÈRE DANS L’UEMOA, DU SÉNÉGAL AU BÉNIN, COMMENT LES ETATS TENTENT DE LUTTER CONTRE LE PHÉNOMÈNE

Une mission très difficile

Pour trouver ces fameuses solutions qui soulageraient le panier de la ménagère, immenses efforts devraient être fournis. Car la vie chère pèse énormément sur les populations. Les récentes flambe1es des prix illustrent fort bien le phénomène. L’exemple le plus criard est celui du prix du manioc, un tubercule largement consommé au Gabon.

En raison des difficultés d’approvisionnement, les prix du manioc ont grandement flambé ces dernières semaines. Accessible à 250 FCFA auparavant, il coûte désormais entre 350 et 400 FCFA. « J’ai eu le manioc mais c’est pénible. J’ai eu un sachet, alors que je voulais 10. Il y a carence du produit. Le manioc c’est le formage des gabonais », déplore une citoyenne. Les soucis logistiques d’importation du manioc soutiennent cette hausse des prix.

 

La rédaction

Previous

Chemin de fer Abidjan-Ouagadougou : un train de la Sitarail déraille

Next

Présidentielle à Madagascar : l’opposition émet de gros doutes sur la transparence du scrutin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]