lundi, juin 24 2024

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent sur son indépendance et son accessibilité pour tous les citoyens.

Les assises de la justice au Sénégal ont permis de dégager des pistes de réformes ambitieuses et nécessaires pour améliorer l’indépendance de la justice et la rapprocher des citoyens. Reste à voir comment ces recommandations seront mises en œuvre pour transformer durablement le système judiciaire sénégalais et répondre aux attentes des justiciables

Vers un système plus indépendant grâce aux assises de la justice

L’un des principaux axes des réformes proposées concerne l’amélioration de l’indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif. Les participants ont suggéré de transformer le Conseil constitutionnel en une Cour constitutionnelle. Selon Moundiaye Cissé, directeur de l’ONG 3D, cette transformation serait une révolution : « Si c’est une Cour, cela signifie qu’elle pourrait être composée de membres élus par leurs pairs ou proposés par les magistrats eux-mêmes. Ainsi, l’exécutif n’aurait plus autant d’impact sur son fonctionnement. »

Cette proposition vise à réduire l’influence de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire, un changement perçu comme crucial pour garantir une justice impartiale et équitable. En effet, la nomination actuelle des membres du Conseil constitutionnel par le président de la République soulève des questions sur l’indépendance réelle de cette institution. En devenant une Cour constitutionnelle, cette entité bénéficierait d’une plus grande autonomie et d’un respect accru de la séparation des pouvoirs.

Lire Aussi : LIONS INDOMPTABLES : MARC BRYS DOIT GAGNER LA CONFIANCE DU CAMEROUN

Rapprocher la justice du justiciable

Un autre point essentiel abordé lors de ces assises est la nécessité de rendre la justice plus accessible aux citoyens. Les participants ont souligné l’importance de recruter massivement des greffiers et des magistrats pour réduire les délais de traitement des dossiers et améliorer la qualité du service judiciaire.

Alioune Tine, fondateur de l’Afrikajom Center et défenseur des droits de l’homme, a insisté sur ce besoin urgent : « Rapprocher la justice des justiciables, c’est recruter encore plus de 500 ou 600 magistrats. Si nous avons des gens qui restent longtemps en prison sans que leurs dossiers soient examinés, c’est parce que les juges sont complètement dépassés par la situation. »

En outre, Mame Penda Ba, chercheuse à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis et rapporteure de l’une des commissions, a évoqué la nécessité de décoloniser la justice sénégalaise. Elle a expliqué que la justice, telle qu’elle est actuellement, est une institution héritée de la colonisation et qu’il est temps de la repenser pour qu’elle reflète mieux la société sénégalaise. Cela inclut le renforcement de l’usage du wolof dans les tribunaux et l’enseignement des droits et du fonctionnement judiciaire à l’école.

Des recommandations pour l’avenir

Les propositions issues de ces assises seront compilées dans un rapport qui sera remis au président de la République à la fin de la semaine prochaine. Ce rapport mettra en lumière les priorités identifiées pour réformer le système judiciaire sénégalais. Parmi ces priorités, la construction de nouvelles prisons et la révision de la politique pénale, souvent jugée trop répressive, sont des points cruciaux.

Previous

Lions Indomptables : Marc Brys doit gagner la confiance du Cameroun

Next

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Ramaphosa promet une nouvelle ère en Afrique du Sud

Afrique du Sud : le président Ramaphosa promet une nouvelle ère

Investigateur Africain

Le mercredi 19 juin dernier, la cérémonie d’investiture du président Cyril Ramaphosa a marqué le début de son second mandat à la tête de l’Afrique du Sud. Depuis les emblématiques bâtiments de l’Union Buildings à Pretoria, le président a prêté serment devant un parterre d’officiels et de militants, promettant une nouvelle ère de gouvernance. Cyril […]

Explosion dévastatrice à N'djamena : La population en colère exige des réponses

Explosion dévastatrice à Ndjamena : La population en colère exige des réponses

Investigateur Africain

Le ciel de N’djamena s’est embrasé mardi soir, le 18 juin, aux alentours de 22h30 heure locale, lorsqu’un incendie d’origine inconnue a éclaté dans un dépôt de munitions proche du centre-ville. Cette explosion tragique a fait 9 morts et 46 blessés, selon les autorités gouvernementales. Le président Mahamat Idriss Deby a rapidement réagi en promettant […]

Tiaret en Algérie face à une grande pénurie d'eau

Algérie : Les habitants de Tiaret se révoltent face aux pénuries d’eau

Investigateur Africain

La région de Tiaret, située dans le nord de l’Algérie, est en proie à une crise de l’eau sans précédent. Depuis des mois, une sécheresse prolongée prive ses habitants d’eau potable, suscitant une vague de mécontentement et de manifestations. Alors que le président Abdelmadjid Tebboune avait promis des solutions avant l’Aïd el-Kébir, la population dénonce […]