mardi, juin 18 2024

A Lomé, la capitale togolaise, se tiendra du 12 au 14 octobre, la 3ème Conférence régionale ALIN. La sécurisation des droits fonciers communautaires en Afrique sera le sujet principal des échanges. Il sera également question pour les participants, d’évaluer les progrès réalisés en matière de droits fonciers collectifs.

La 3ème Conférence régionale ALIN est organisée par l’Initiative Droits et Ressources (RRI) et la Coalition Internationale pour la Terre (ILC) Afrique. en collaboration avec Pour cette édition, le ministère togolais de l’Urbanisme, du Logement et de la Réforme foncière, est co-organisateur. Sont attendus à cette 3ème Conférence régionale ALIN, des ministres, des représentants du gouvernement et des représentants du Réseau des institutions foncières africaines pour les droits communautaires.

La 3ème Conférence régionale ALIN, un prélude

A l’orée des prochains évènements d’envergures tels que la Conférence sur les politiques foncières en Afrique (CLPA – 2021) et les CoPs biodiversité et climat, 3ème Conférence régionale ALIN vient à point nommé. Elle servira surtout de cadre de préparation et d’amélioration des stratégies déjà mises en place en matière des droits fonciers collectifs en Afrique.

Lors de cette 3ème Conférence régionale ALIN, les prestigieux participants auront aussi à s’entretenir sur des stratégies afin de pouvoir étendre les droits fonciers communautaires. Pour ce qui est de leur mise en œuvre d’ici 2030, les réflexions porteront sur les rôles et les fonctions, de même que les obstacles et les opportunités qu’offrent les institutions foncières nationales.

La nécessité d’une collaboration régionale

Dans un monde de plus en plus progressiste, il apparait évident de consacrer davantage les droits fonciers des peuples autochtones et des communautés locales. Ceux-ci permettent surtout la prévention du changement climatique et la perte de biodiversité. La réalisation de l’ambitieux programme mondial des Nations Unies quant à pour la biodiversité, n’est pas à négliger.

La 3ème Conférence régionale ALIN, tient donc à renforcer les liens de collaboration des institutions foncières africaines pour des actions concertées et communes. Cette union des forces n’est pas sans incidences. Elle permettra d’améliorer la gouvernance foncière et de conduire à une réduction de la pauvreté. Par la même occasion, la sécurité alimentaire, les droits des femmes et la résolution des conflits seront les bénéfices de cette nouvelle politique régionale.

A lire aussi: [TRIBUNE]NOUVEAU SOMMET AFRIQUE-FRANCE : DES ENTITÉS DE LA SOVEREIGNTY-BOUND POUR LA POLITIQUE AFRICAINE ?

 

Sandrine A

Previous

Assassinat de Thomas Sankara : le peuple burkinabè, aurait-il droit à toute la vérité ?

Next

Transition au Soudan: aggravation de la brouille entre civils et militaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]