samedi, février 24 2024

Longtemps annoncée, la visite de Goodluck Jonathan  a Bamako, s’est finalement effectué ce mercredi. Comme espéré, il est allé à la rencontre, le jeudi, des personnalités phares de la transition malienne. Le médiateur de la CEDEAO aura pour mission de faire le point avec eux sur l’état d’avancement de la transition au Mali.

Cette démarche intervient après la désignation, il y a quelques jours, de Bah N’Daw comme président de la transition. Ceci, après le putsch ayant conduit au renversement d’Ibrahim Boubacar Keita le mois dernier. Sans oublier les multiples pressions exercées par la communauté internationale sur la junte au pouvoir.

 la rencontre des nouvelles autorités au menu de la visite de Goodluck Jonathan a Bamako

Au lendemain de la venue de Goodluck Jonathan a Bamako, les discussions avec les nouvelles autorités ont démarré. Le médiateur de la CEDEAO a tout d’abord rencontré le nouveau vice-président malien, le colonel Assimi Goita. La rencontre s’est tenue au ministère de la défense. Et ce pour une heure trente minutes environ. Divers points ont été évoqués par les deux hommes au cours de leur entretien.

Ils se sont, par la suite, rendu tous deux au camp de base où réside le président Bah N’Daw. La visite de courtoisie n’a duré que 45 minutes. Une simple démarche de protocole, car le nouveau président de la transition n’est pas encore officiellement investi. L’on devra attendre jusqu’à vendredi pour le voir tenir enfin les rênes du pays.

Un retrait espéré des sanctions

Concernant la levée des sanctions en cours contre le Mali, l’heure est encore à la patience. C’est-à-dire que le pays doit attendre le rapport délivré par le médiateur Goodluck Jonathan à la fin de sa mission. Un bilan qui ne sera donné qu’après l’investiture de Bah N’DAW.

Aussi, le peuple malien doit se référer à la décision du président en exercice de la CEDEAO, Nana Akufo-Ado. Ce dernier est le seul habilité à lever l’embargo qui pèse contre le Mali. Toutefois, l’organisation sous régionale espère vivement la désignation d’un premier ministre totalement civil.

Cette visite de Goodluck Jonathan a Bamako a été l’occasion de réitérer la demande de libération des personnes détenues par la junte lors du coup d’Etat. Leur libération devrait aussi accentuer la levée de l’embargo. Sans oublier la dissolution de la junte pour passer à une transition totalement civile. Une décision qui soulagerait la pauvre population qui la subit le plus.

Previous

Filiere cacao: La Côte d’Ivoire et le Ghana bataillent pour un commerce équitable avec l’UE

Next

La diplomatie militaire, nouveau visage de la Francafrique sous Jean-Yves Le Drian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]