jeudi, février 29 2024

Après la Guinée, le Ghana a officiellement annoncé dimanche 17 juillet 2022, la première épidémie de la maladie à virus Marburg dans le pays. Cette annonce survient après que le laboratoire d’un Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ait confirmé les résultats antérieurs.

Par conséquent, le Togo, pays frontalier du pays de Nana Akufo-Addo reste en état d’alerte face à ce virus virulent. En effet, les services sanitaires togolais assurent une surveillance particulière aux frontières avec le Ghana.

Des cas suspects confirmés: C’est le virus Marburg

Début juillet, deux cas de malades suspects ont été découverts au Ghana. Ils présentaient les symptômes d’une gastroentérite aiguë. A priori, leur condition n’inquiétait pas les médecins. Mais la sonnette d’alarme a été déclenchée lorsque la première patiente est décédée, suivie 48 heures de près par la seconde. Des échantillons ont alors été envoyés à l’Institut Pasteur de Dakar pour identifier le virus à l’origine de ces deux cas.

En effet, les résultats se sont avérés positifs et les autorités ghanéennes ont confirmé qu’il s’agit du virus Marburg, une maladie très infectieuse et mortelle qui refait surface après un an sans épidémie. Elle est hautement contagieuse, similaire à Ebola.

Rappelons que c’est la deuxième fois que cette zoonose est détectée en Afrique de l’Ouest. La Guinée a confirmé un seul cas dans une épidémie qui a été déclarée terminée le 16 septembre 2021, cinq semaines après la détection du cas initial.

Lire aussi : TOGO: IVOIRE MAINTENANCE AU SERVICE DE LA VOIRIE DU GOLFE 1

Virus Marburg, un virus virulent sans vaccin

La maladie à virus Marburg est une fièvre hémorragique virale hautement infectieuse de la même famille que la maladie à virus Ebola, plus connue.La maladie à virus Marburg est transmise aux humains par les chauves-souris frugivores et se propage parmi les humains par contact direct. La transmission se fait par des fluides corporels des personnes infectées, les surfaces et les matériaux souillés. Comme symptômes, une forte fièvre brusque, des maux de tête sévères et des malaises.

De nombreux patients développent des signes hémorragiques graves dans les sept jours. Les taux de létalité ont varié de 24 % à 88 % lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la prise en charge des cas. Cependant, il n’existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux approuvés pour traiter le virus. Les soins de soutien: réhydratation par des liquides oraux ou intraveineux et le traitement des symptômes spécifiques, améliorent la survie.

Toutefois, une série de traitements potentiels, notamment des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des traitements médicamenteux, sont en cours d’évaluation. Enfin comme dit plus haut, les services sanitaires togolais assurent une surveillance particulière aux frontières avec le Ghana. Les mouvements de population sont importants entre les deux pays.

 

Sandrine A.

Previous

Togo-Zlecaf : Vers la certification de cinquante produits prioritaires

Next

Conseil d’affaires Tuniso-africain: le Togo abrite en septembre la première mission

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]