vendredi, mars 1 2024

A la suite de la proclamation des résultats provisoires officiels par la CENI, la Guinée a de nouveau été le théâtre de violences post électorales. Alors pour calmer les tensions avant qu’elles ne dégénèrent, une mission de diplomatie préventive a été rapidement dépêchée. Elle est arrivée à Conakry ce dimanche 25 octobre 2020.

D’après les résultats donnés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Alpha Condé est le vainqueur du scrutin du 18 octobre dernier. Il a totalisé, dès le premier tour, 59,51 % des voix. En bref, un « Coup KO » effectué sur ses adversaires. Il est directement suivi par son rival de toujours Cellou Dallein Diallo qui a lui obtenu 33,5 % des voix. Les autres candidats, eux, n’ont pas franchi la barre des 5 % des voix.

Un déminage à temps

Souvent qualifié de « médecin après la mort », la communauté internationale a voulu cette fois-ci réagir à temps. Alors, elle a envoyé une délégation mixte en Guinée. Celle-ci est composée des émissaires de l’Union Africaine (UA), de ceux de la CEDEAO et de l’ONU.

Parmi la délégation des diplomates figurent des personnalités déjà bien connues. Il s’agit, entre autres, du président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, et de Mohamed Ibn Chambas. Ce dernier représente les Nations Unies.

Durant les deux jours que vont durer leur séjour, les émissaires auront la lourde responsabilité de faire baisser les ardeurs au sein des différentes parties à la base des violences post électorales. C’est-à-dire calmer, d’une part, les contestataires de la réélection d’Alpha Condé. Et d’une autre part éviter que les militants du camp présidentiel s’en prennent aux opposants.

Un appel pour cesser les violences post électorales

En attendant les conclusions de ces négociations qui s’avèrent difficiles vue le climat, la mission appelle d’ores et déjà au calme. Ceci afin que les atrocités, les violences post électorales meurtrières connues ces derniers jours ne soient plus à déplorer en Guinée.

Par ailleurs, la mission encourage les citoyens à adopter des comportements civiques exemplaires. Ce qui implique donc l’exigence d’un sens élevé de responsabilité. Car c’est seulement ainsi que peuvent être préservées les valeurs de tolérance et de paix.

Les acteurs politiques, eux, sont conviés à se conformer aux résultats des urnes. En cas de désapprobation des résultats, ils doivent privilégier le recours aux voies légales pour régler le contentieux électoral. Cette démarche constituera, pour eux, leur engagement à la préservation de la stabilité et de la démocratie en Guinée.

Lire aussi : Guinée/Présidentielle 2020 : Alpha Condé déclaré vainqueur avec 59,49% des voix

 

Previous

Côte d'Ivoire : un bilan économique mitigé

Next

Diplomatie/Jean-Yves Le Drian au Mali : de nouvelles négociations avec de nouvelles autorités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]