vendredi, février 23 2024

Les transformateurs ivoiriens de noix de cajou malgré leurs efforts se retrouvent au pied du mur. Plusieurs usines de transformation sont déjà à l’arrêt et d’autres pourraient rejoindre le peloton dans les jours à venir. Et pour cause, la rude concurrence asiatique et un manque de soutien véritable de la part de l’Etat.

Alors c’est la grogne du côté des transformateurs de noix de cajou. Soulignons que la Côte d’Ivoire, est le leader mondial de la production d’anacarde. Toutefois, elle peine sérieusement à transformer localement sa production de noix de cajou. Le niveau de transformation est encore à 10 %. Même si le gouvernement tente par tout moyen d’atteindre la barre des 50 %, la marche se fait de plus en plus pénible.

D’énormes difficultés pour les transformateurs de noix de cajou

Pour les transformateurs de noix de cajou en Côte d’Ivoire, les temps sont pénibles. Pour preuve, une douzaine d’usines de transformation d’anacarde sont à l’arrêt. Cette turbulence est surtout due aux difficultés que rencontrent les transformateurs ivoiriens. Ceux-ci ont du mal à assurer comme il se doit leurs charges de fonctionnement.

Alors le ton monte et des solutions urgentes sont attendues de la part du gouvernement. Aussi, ils dénoncent des difficultés d’approvisionnement en noix de cajou. Cela tient du fait que plus de 90% de la production ivoirienne en noix de cajou est dédiée à l’exportation. C’est-à-dire vers les deux plus gros transformateurs de cajou, que sont l’Inde et le Vietnam.

Lire aussi: CÔTE D’IVOIRE : L’AUGMENTATION DU PRIX DE L’HUILE SUSPENDUE

Une absence d’aide

Mais l’intervention de certains intermédiaires dans cette chaine, compliquent davantage les choses pour les transformateurs ivoiriens qui se retrouvent plus perdants. Autre facteur déterminant, les transformateurs ivoiriens de noix de cajou se plaignent aussi, de l’absence d’aide de l’État face à la très rude concurrence asiatique.

« La campagne a commencé depuis un mois et nos usines resteront vides encore une fois en raison de l’absence de plan de soutien », pouvait-on y lire dans une lettre adressée au Conseil Coton – Anacarde. De plus, le plan d’aide mis en place par le gouvernement pour leur venir en aide à du mal à connaitre une application effective.

 

Sandrine A

Previous

Atelier MIGA : le Togo à la conquête d’investissements directs étrangers

Next

Allégations d'exactions de l'armée malienne : Fousseynou Ouattara dénonce une campagne de diffamation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]