samedi, mars 2 2024

Très prochainement, les fidèles croyants de plusieurs bords religieux vont devoir se soumettre à l’exigence de la présentation d’un pass vaccinal afin d’avoir accès aux lieux de culte. Cette nouvelle mesure notifiée aux autorités religieuses n’enchante guère. Ces dernières s’y opposent et estiment que cette façon de lutter contre le virus de la Covid-19 n’est pas appropriée.

Soulignons que passe vaccinal s’applique sur le territoire national depuis quelques mois déjà. Concrètement, il permet de vérifier le statut vaccinal, le résultat d’un test négatif ou le certificat de rétablissement d’une personne. Ce qui lui permet donc d’avoir accès à un lieu ou événement soumis conditionné par un pass vaccinal.

Le pass vaccinal dans les lieux de culte fortement contesté

Qu’il s’agisse des églises évangéliques ou celles catholiques, la mise en place d’une obligation de test PCR ou de pass vaccinal n’est pas du tout acceptable. Pour elles, cette nouvelle disposition pour accéder aux lieux de culte, ne saurait trouver assentiment à leurs niveaux.

Ils déplorent surtout le fait que cette décision ne concerne uniquement que les lieux de cultes. Car l’accès aux bars, restaurants, marchés et lieux de funérailles ne font pas l’objet de la même règle. Hors ces lieux regorgent constamment du monde. En gros, une différence de traitement qui renforce leur positionnement dans ce bras de fer avec le gouvernement togolais.

« Nous avons clairement exprimé notre désaccord à toutes formes d’obligation de présentation d’un pass vaccinal pour avoir accès à la maison de Dieu », a fait savoir Mgr Benoît Alowonou, évêque de Kpalimé et président de la conférence des évêques du Togo.

Un gouvernement implacable

Malgré les contestations qu’opposent les leaders religieux au pass vaccinal dans les lieux cultes, le gouvernement maintient sa fermeté. Il a laissé jusqu’au 10 décembre prochain à tous les chefs religieux pour se conformer. La liste des personnes à former pour le contrôle des passes et des résultats de test PCR, est également attendue de leur part. Mais jusque-là rien n’est fait.

Craignant que la situation ne dégénère, les fidèles sont conviés à ne pas s’inscrire dans une logique d’affrontement, à s’abstenir de toutes réactions susceptibles de susciter des troubles ou des violences.

Qu’adviendra-t-il, une fois le délai passé de prorogation passé ? Pour l’heure, il est encore difficile de l’appréhender. Mais tout indique que le gouvernement est intransigeant en ce qui concerne la lutte contre la propagation de la pandémie de la Covid-19.

Lire aussi: FORUM AFRIQUE 2021 DU CIAN : LE TOGO S’EST ILLUSTRÉ GRÂCE À LA GESTION DE LA COVID-19

 

Sandrine A

Previous

Affaires Madougou et Aïvo: procès politique ou réelle tentative de coup d’Etat ?

Next

Burkina Faso: Lassina Zerbo à la reconquête de la confiance des populations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]