samedi, mars 2 2024

Nommé il y a quelques jours dans un contexte socio-politique très mouvementé, Lassina Zerbo le nouveau chef du gouvernement ne tarde pas à prendre ses marques. Il s’est illustré hier mercredi 15 décembre à travers son premier conseil des ministres. L’objectif principal pour lui, était de poser les bases de ses futures actions et de rassurer les burkinabé qui attendent beaucoup de la nouvelle équipe gouvernementale.

Composée de 25 membres, dont 23 ministres et 2 ministres délégués, le nouveau gouvernement s’investir corps et âme pour répondre au défi sécuritaire que traverse le pays. Soulignons que la nomination de Lassina Zerbo est intervenue à la suite de la démission de l’ancien premier ministre Christophe Dabiré.

Des solutions concrètes contre l’insécurité

Selon le premier ministre Lassina Zerbo, plusieurs priorités vont retenir son attention dans les prochains jours. Celles-ci vont en principe permettre d’apporter des réponses satisfaisantes aux demandes des populations dans les plus brefs délais. Il s’agit notamment de la question sécuritaire et celle liée à la crise alimentaire qui s’annonce.

« La question essentielle, c’est la question sécuritaire. Il ne s’agit pas de présenter les problèmes, mais d’apporter les solutions », a précisé Lassina Zerbo. Pour en venir à bout de cette insécurité grandissante dans ces premiers trente jours, Lassina Zerbo entend prendre le taureau par les cornes.

Concrètement, des discussions seront immédiatement menées avec les ministres de la sécurité et de la défense pour trouver des solutions pertinentes et de surcroît efficaces.

Un vibrant appel de Lassina Zerbo

Pour Lassina Zerbo, cette bataille contre le terrorisme ne peut être gagnée sans l’implication entière du peuple. Il faut assurément une nion de tous les fils et filles du pays. « J’en appelle à la cohésion, à la tolérance, au pardon pour que l’on puisse s’unir parce que c’est à l’unisson que nous pourrons vaincre ou être mieux engagés contre le terrorisme », a déclaré Lassina Zerbo.

Quant à l’opposant Eddie Komboïgo, une nouvelle stratégie doit être déployée vis-à-vis des terroristes. C’est-à-dire une démarche de négociation au-delà de l’option militaire. Alors il serait judicieux pour le nouveau gouvernement de réorienter les objectifs en la matière.

Quoi qu’il en soit l’opposition veille au grain et espère de véritables solutions. Elle est même prête à aller jusqu’au bout de ses actions pour défendre la protection des populations.

« Je ne ménagerai aucun effort. Il faut continuer l’œuvre entamée et être à l’écoute de tout le peuple et on essayera de contacter toutes les composantes pour que l’on puisse simplement nous comprendre et gagner la confiance du peuple », a tenu à rassurer Lassina Zerbo.

Lire aussi: CRISE SÉCURITAIRE AU BURKINA FASO: LE PRÉSIDENT KABORÉ EN TRÈS MAUVAISE POSTURE

 

El Professor

Previous

Togo/Pass vaccinal: le bras de fer se durcit entre gouvernement et les chefs religieux

Next

3e sommet Afrique-Turquie: l’offensive de Recep Tayyip Erdogan s’amplifie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]