vendredi, février 23 2024

Depuis quelques mois déjà, les tensions continuent d’être vives entre Bamako et Paris. Et apparemment cela n’est pas sur le point de s’arrêter de sitôt. Une fois encore, Paris est fortement accusé par les autorités de la transition de vouloir diviser le Mali. L’ombre de la Russie au Mali qui hante les esprits alimente d’autant plus les divergences.

Hier lundi 7 février, lors de la réception des diplomates accrédités à la primature, le Premier ministre malien Choguel Maïga n’a pas manqué de rajouter une couche. Outre l’expulsion de l’ambassadeur de France au Mali, ainsi que des soldats danois de la force Takuba, de nouveaux propos virulents ont été formulé à l’égard de la France. On pourrait donc s’attendre très bientôt à d’autres réactions qui traduisent aisément la dégradation des relations entre Bamako et Paris.

Divergences entre Bamako et Paris, une défense des intérêts nationaux

Selon le premier ministre, la France ce serait trop éternisé au Mali. Pire encore, elle aurait exploité la situation difficile du pays en terme sécuritaire pour parvenir à d’autres fins. C’est-à-dire partitionner le Mali. En clair l’engagement militaire français au Mali n’a eu pour but que d’assouvir les intérêts de la France.

« L’intervention s’est muée dans un deuxième temps en une opération de partition de fait du Mali qui a consisté dans la sanctuarisation d’une partie de notre territoire, où les terroristes ont eu le temps de se réfugier, de se réorganiser pour revenir en force à partir de 2014 », a déclaré Choguel Maïga.

Par conséquent, ces clivages entre Bamako et Paris seraient justifiés. Il ne s’agit en réalité que de la défense de la souveraineté du Mali. « Les Américains n’ont-ils pas libéré la France ? (…) Quand les Français ont jugé que la présence américaine en France, n’était plus nécessaire, ils ont dit aux Américains de partir, est-ce que les Américains se sont mis à insulter les Français ? »

Une vague de retrait

Ceci dit, les maliens ont pleinement le droit de dire non à la persistance de la présence française au Mali. Alors que les tensions s’exacerbent entre Bamako et Paris, on pourrait assister à un retrait total de la force française Barkhane si les relations ne s’améliorent toujours pas.

La force européenne Takuba est aussi subtilement contestée par les autorités maliennes qui y voient une manipulation de la France. « Takuba, c’est pour diviser le Mali. C’est ‘le sabre’, en (langue) songhai et en tamasheq, ça n’est pas un nom qui a été pris par hasard », a fait savoir M. Maïga à l’assistance.

Quoi qu’il en soit dans sa lutte contre les groupes djihadistes, les nouvelles autorités de la transition malienne entendent bien compter sur d’autres partenaires parmi lesquelles la Russie. L’intervention de la société russe Wagner est toujours fortement démentie.

Lire aussi: SUPPRESSION DU POSTE DE VICE-PRÉSIDENT: CONFISCATION DU POUVOIR PAR ASSIMI GOITA ?

 

El Professor

 

Previous

Suppression du poste de vice-président: confiscation du pouvoir par Assimi Goita ?

Next

Economie malienne : impact réel des sanctions de la CEDEAO un mois après

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l'avenir

Tournant Politique au Gabon : Le PDG d’Ali Bongo se réinvente pour affronter l’avenir

Rédaction

Le Parti démocratique gabonais (PDG), longtemps au pouvoir sous l’égide du président déchu Ali Bongo, entreprend un exercice inédit d’introspection les 23 et 24 février 2024. Ces assises, placées sous le thème de « l’autocritique et de la refondation », marquent un tournant majeur pour cette formation politique historique. Après avoir été ébranlé par les secousses du […]

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Réponse Présidentielle : Biya augmente les salaires et les aides familiales au Cameroun

Rédaction

Le président camerounais, Paul Biya, a récemment annoncé des mesures visant à atténuer les effets de la hausse des prix des carburants sur les populations. En effet, ces dernières semaines ont été marquées par une augmentation significative des tarifs à la pompe, entraînant une pression financière accrue sur les ménages. Dans cette optique, le gouvernement […]

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l'ordre politique

Crise au Sénégal : Les manœuvres de Macky Sall pour rétablir l’ordre politique

Rédaction

Depuis le début des troubles politiques au Sénégal, les regards se tournent vers Macky Sall, président en fonction, en attente de son plan de sortie de crise. Dans un éditorial percutant publié ce mardi, le directeur de publication de « Jeune Afrique », Marwane Ben Yahmed, lève le voile sur les intentions du président sénégalais […]