lundi, février 26 2024

Au Tchad, la coordination Wakit Tama appelle une nouvelle fois les populations à protester dans les rues contre le régime en place. La manifestation en vue est prévue pour le mercredi 19 mai 2021. Même si les précédentes manifestations ont été sévèrement réprimées, la coordination citoyenne reste déterminée dans sa lutte.

De son côté, l’UA est en pleine tractation en ce qui concerne la décision de sanctionner ou pas le Tchad après les récents bouleversements politiques qu’a connu le pays. Il s’agit notamment du processus de transition en cours après la mort d’Idriss Déby. Pour l’heure la réunion a été reportée à vendredi en raison de certains soucis techniques.

Un engagement ferme du Wakit Tama

Même si les précédentes manifestations ont été violemment réprimées par les autorités tchadiennes, la Coordination des actions citoyennes Wakit Tama n’entend pas faiblir de sitôt. Elle entend bien aller jusqu’au bout de sa démarche afin de donner vie à ses revendications.

Par ailleurs elle continue de dénoncer le « coup d’État constitutionnel » du Conseil militaire de transition. « Nous n’allons pas lâcher parce qu’il y a la répression. Nous nous attendons à cela », a fait savoir Younous Mahadjir, vice-président de l’Union des syndicats du Tchad.

« Cela fait déjà plusieurs semaines que nous avons lancé ces actions, nous n’allons pas nous taire, nous continuerons à marcher jusqu’à ce qu’il y ait changement comme on le souhaite », avait-il rajouté.

Une marche pacifique

Les membres du Wakit Tama demeurent convaincu que les nouvelles autorités tchadiennes sont illégales voire illégitimes. Alors l’intimidation menée par le biais de l’armée ou de la police ne semble pas les inquiéter.

En ce qui concerne la manifestation du 19 mai, la Coordination des actions citoyennes Wakit Tama reste confiante sur la mobilisation effective des populations pour se faire entendre. « Dans chaque quartier, les gens vont s’organiser pour pouvoir marcher, se regrouper, faire un discours sur un carrefour, mais pacifiquement », a indiqué Younous Mahadjir.

Previous

Enquête : la résidence privée de l’ancien président mauritanien partiellement démolie

Next

Etats généraux de l’Eco : l’économiste Kako Nubukpo répond aux accusations de Nathalie Yamb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]

Mouvement de grève en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l'injustice

Mobilisation en Guinée : Les travailleurs se dressent contre l’oppression et l’injustice

Rédaction

En Guinée, un mouvement de protestation d’envergure nationale a été déclenché par les 13 centrales syndicales du pays. Ces dernières appellent à une grève générale et illimitée à partir du lundi 26 février. Cette mobilisation vise à dénoncer la flambée des prix des denrées de première nécessité et à exiger la levée de la censure […]

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DES ATELIERS SANKARISTES

KOUDOUGOU : LA SOUVERAINETE DES RESSOURCES NATURELLES AU CŒUR DU PREMIER ATELIER SANKARISTE

Rédaction

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier des Ateliers Sankaristes. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou. Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé […]