mercredi, février 28 2024

Au Tchad, les quasi pleins pouvoirs sont désormais dévolus au général Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président Déby Itno. C’est ce qui découle de la charte proposée mercredi dernier par le conseil militaire de transition (CMT).

Suite au décès du président Idriss Déby Itno, le général Mahamat Idriss Déby a été désigné par le CMT pour le succéder. Une démarche que les opposants qualifient de « Coup d’Etat », car contraire à la constitution.

De grandes attributions au général Mahamat Idriss Déby

Avec la charte de la transition éditée par le CMT, trois grandes institutions auront la lourde responsabilité d’assurer la continuité de l’Etat. Il s’agit principalement du gouvernement de transition, du conseil national de transition et le CMT. Cette dernière consacre le pouvoir exécutif tandis que le Conseil Nationale de Transition représente le pouvoir législatif.

De plus, la charte confère au général Mahamat Idriss Déby, la qualité de président de la République et chef suprême des armées. C’est à lui que revient le devoir de définir Politique générale ainsi que les grandes orientations à suivre durant cette période de transition. Il détient également la capacité à nommer les membres des différents organes de la transition.

Une contestation de l’opposition

Pour l’opposition du Tchad cette charte est à revoir car même si tout semble juste en théorie, sur le terrain il est tout autre. Alors pour elle, il faudrait rapidement revenir à l’ordre constitutionnel. Aussi cela doit se faire par le biais d’un grand dialogue national assez inclusif. C’est-à-dire parvenir à une transition civile.

« Nous allons utiliser tous les moyens mis à notre disposition par la constitution pour faire plier le CMT. On va commencer par les marches pacifiques et ne pas collaborer » prévient déjà l’opposant Théophile Bongoro. Par ailleurs, l’opposition exhorte les populations à désobéir aux décisions du CMT. Par conséquent, un soulèvement populaire pourrait être déclenché dans les prochains jours.

Previous

Ethiopie/Tigré: un retrait véritable des troupes érythréennes exigé par les Etats-Unis

Next

Extension du mandat du Président somalien : l’UA condamne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Grève générale à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Tensions mortelles à Conakry: Les revendications syndicales sèment le chaos

Rédaction

La Guinée fait face à une grève générale illimitée, marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Les tensions ont déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Ce mouvement de protestation, largement suivi à travers le pays, reflète le mécontentement généralisé de la population face à la situation politique et économique du pays, […]

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rage Ouvrière : Les syndicats tchadiens défient le gouvernement

Rédaction

Contre la récente augmentation drastique des prix du carburant, les syndicats tchadiens ont décidé de maintenir leur mouvement de grève. Cette décision constitue un défi direct au gouvernement, qui est accusé d’ignorer les préoccupations des travailleurs. Pendant ce temps, la population tchadienne, confrontée à des difficultés croissantes, exprime son mécontentement face à cette situation économique […]

Afrique du Sud : l'envoi de troupes en RDC pour la SADC divise l'opinion

Débat enflammé en Afrique du Sud : l’envoi de troupes en RDC divise l’opinion

Rédaction

Alors que les funérailles du président namibien Hage Geingob se déroulaient à Windhoek ce dimanche, plusieurs chefs d’État présents ont saisi l’occasion pour discuter du conflit en cours dans l’est de la RDC. La participation de l’Afrique du Sud à la force déployée par la SADC a suscité de vives critiques, en particulier après la […]