jeudi, juin 13 2024

Après son sacre à la présidentielle, le MPP parti du président Roch Kaboré remporte également les législatives au Burkina Faso. Cette victoire a été confirmée par le Conseil constitutionnel burkinabè. Les résultats officiels et définitifs ont été proclamés hier dimanche 20 décembre.

Les élections législatives du dimanche 22 novembre au Burkina Faso se sont déroulées au même moment que la présidentielle. Les Burkinabè ont eu la lourde mission de renouveler les 127 membres de l’Assemblée nationale du Burkina Faso. Sur les 126 partis politiques en lice, seuls 15 d’entre eux ont pu obtenir des sièges au parlement.

Une victoire confirmée aux législatives au Burkina Faso

Malgré les recours introduits auprès de la haute cour, les résultats définitifs n’ont pas connu grands changements. C’est-à-dire qu’ils ne diffèrent pas de ceux communiqués par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), quelques semaines plus tôt.

Pour le conseil constitutionnel, l’élection pouvait être jugée régulière. Selon lui, les insuffisances et irrégularités enregistrées aux législatives au Burkina Faso n’étaient pas de nature à entacher la sincérité des votes. Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) du président Roch Marc Christian Kaboré triomphe donc de ses adversaires avec 56 sièges sur les 127.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de l’ancien-président Blaise Compaoré obtient 20 sièges. La surprise de ce scrutin est le Nouveau temps pour la démocratie (NTD) qui a réussi l’exploit avec 13 sièges à sa disposition à l’Assemblée nationale.

Une régression de certains partis

Contrairement au scrutin passé, l’ancien principal parti de l’opposition, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zephirin Diabré n’a obtenu que 12 sièges lors de ces législatives au Burkina Faso. Une chute sévère comparée au scrutin de 2015 où le parti avait remporté 33 sièges.

D’autres partis n’ont pas pu avoir la même chance comme l’UPC. Ceux-ci n’ont pas réussi à confirmer de nouveau leur place au sein de l’Assemblée nationale. C’est le cas notamment du Parti de la renaissance nationale (PAREN), le Faso Autrement et la Nouvelle alliance du Faso (NAFA).

A cette liste s’ajoutent le Rassemblement pour la Démocratie et le Socialisme (RDS) et le Mouvement pour la Démocratie en Afrique (MDA). L’Organisation pour la démocratie et le travail (ODT) et l’Union pour un Burkina nouveau (UBN) ne sont pas du reste.

Lire aussi :  BURKINA FASO/LÉGISLATIVES 2020 : COUP DOUBLE POUR LE MPP, MAIS À LA QUÊTE DE LA MAJORITÉ ABSOLUE AU PARLEMENT

Previous

Côte d’ivoire : le gouvernement reprend le dialogue avec les différents partis politiques

Next

Nigeria/Terrorisme : les attaques sanglantes des groupes djihadistes se multiplient

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

certification du Cacao pour les producteurs ivoiriens

Certification du Cacao : Les enjeux pour les producteurs ivoiriens à l’Aube de 2025

Investigateur Africain

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se prépare à relever un nouveau défi avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en janvier 2025. Bien avant cette échéance, le pays s’est engagé dans un processus de certification pour garantir la durabilité et l’éthique de sa production de cacao, à travers des labels comme Utz, Rainforest […]

crise des carburants en Centrafrique : Tamoil sous pression

Centrafrique : La crise des carburants met Tamoil sous pression

Investigateur Africain

En République Centrafricaine, la crise des carburants est devenue un problème majeur, entraînant des mesures drastiques de la part du gouvernement. Mercredi 5 juin, les autorités ont décidé de réquisitionner six des onze stations-service du réseau Tamoil à Bangui. Cette décision, annoncée par le ministre chargé du Développement de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques, vise […]

assises de la justice au Sénégal : voici les propositions

Réforme judiciaire au Sénégal : les propositions des assises de la justice

Investigateur Africain

Les assises de la justice, voulues par le président sénégalais, se sont conclues mardi 4 juin après cinq jours de débats intenses. Cette rencontre a rassemblé 376 participants, incluant magistrats, avocats, membres de la société civile et professeurs d’université. L’objectif : élaborer des propositions concrètes pour réformer le secteur judiciaire au Sénégal, en mettant l’accent […]