mercredi, mai 29 2024

Après environ un mois de brouille, les relations Alger-Paris pourraient connaitre un dénouement heureux pour les deux parties. En effet, le président français Emmanuel Macron a formulé des propos plus tendres et respectueux à l’endroit de l’Etat Algérien. Ce revirement démontre pour l’instant la bonne volonté de la France de mettre de l’eau dans son vin.

Lors de sa rencontre à l’Élysée avec des jeunes Français d’origine algérienne, binationaux, et des Algériens, Emmanuel Macron avait tenu un discours très critique à l’encontre du régime en place. Ce dernier a même été qualifié de « politico-militaire fatigué ». Et comme on pouvait le deviner, les relations Alger-Paris ont aussitôt pris un coup avec un lot de réactions fermes qui ont suivi.

Une dégradation des relations Alger-Paris

Suite à ce fâcheux évènement, plusieurs décisions drastiques ont été prises côté algérien. Les avions militaires français ont été interdits de survoler le territoire algérien. Avait aussi été rappelé immédiatement, l’ambassadeur d’Algérie en France. Ce qui témoigne donc de l’ampleur des tensions qu’ont subi les relations Alger-Paris.

L’Elysée aussi s’était inscrit dans la même dynamique en pratiquant la réponse du berger à la bergère. Par conséquent, les visas français octroyés aux Algériens ont connu une grande restriction. Des deux côtés les sorties médiatiques étaient elles aussi virulentes, chacun essayant de tirer le drap vers son bord.

Une lueur d’espoir

Selon un proche collaborateur du président français, Macron « regrette les polémiques et les malentendus » avec l’Algérie. Mieux encore, il rassure quant à son grand respect pour la nation algérienne et son histoire. Pour la diplomatie algérienne, la démarche de la présidence française pour un apaisement des tensions entre les deux pays est à saluer.

Ce premier pas de la France vis-à-vis de l’Algérie a de quoi raviver la flamme avec le président Algérien Abdelmajid Tebboune. Le désir actuel du président Macron à rectifier le tir a de quoi atténuer la colère et frustration des algériens. Une chance est à présent donnée aux relations Alger-Paris de reprendre de plus belle.

Lire sur: BOURDE DE MACRON: LA SÈCHE RÉPLIQUE DE L’ALGÉRIE

 

El Professor

Previous

Tensions au Sénégal: les opposants dénoncent un « complot politique»

Next

Soudan: le général Al-Burhan confisque drastiquement le pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Ne Manquez Pas

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Oligui Nguema à Paris : un nouvel élan pour le partenariat Franco-Gabonais ?

Investigateur Africain

Le président de transition du Gabon, Brice Clotaire Oligui Nguema, a entamé ce mardi 28 mai une visite de travail de cinq jours en France. Ce séjour, qui s’articule autour de trois volets – économique, politique et mémoriel – vise à renforcer et relancer le partenariat bilatéral entre Libreville et Paris. La visite du président […]

Bassirou Diomaye Faye attendu en visite au Togo ?

Diplomatie Ouest-Africaine : Le Togo, prochaine destination de Faye ?

Investigateur Africain

Le nouveau président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, élu en mars dernier, effectuera une visite officielle à Ouagadougou ce jeudi 30 mai. Cette visite, qualifiée d’« amitié et de travail », marque une étape significative dans la politique extérieure du Sénégal vis-à-vis de ses voisins de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Le déplacement de M. […]

Les OPUIS AWARDS 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Les OPUIS Awards 2024 : Une première édition réussie au Burkina Faso

Investigateur Africain

Le 25 mai 2024, Ouagadougou a été le théâtre d’un événement mémorable : la première édition des OPUIS AWARDS. Organisée par l’Observatoire Panafricain pour l’Unité, l’Intégration et la Souveraineté (OPUIS), cette cérémonie a célébré l’excellence et l’engagement des leaders burkinabés dans divers domaines. Il s’agit notamment de l’éducation, la culture, l’environnement et la justice sociale. […]